Parcours sur les limites de la place Jeanne d'Arc avec les enfants de la classe de Mr Blériot (CE2/CM1)

Corps et paysage

Publié par Chloé Mariey & Mélanie Metier

Journal du projet

Semaine du 27 mars

Elaboration d'une méthode d'approche

Le travail de chacun des enfants des classes de l'école de Beaurevoir et du collège Josquin des Près a été mené à partir d'un lieu en particulier. Les enfants de la classe de Mr Blériot (CE2 / CM1) ont travaillé sur la place Jeanne d'Arc, les enfants de la classe de Mr Lombard (CM2) sur la place du Général De Gaulle (place de l'église) tandis que les élèves de la classe de Mr Routier (6e2) ont travaillé sur le chemin des Moulins. L'un de nos ateliers fut consacré à l'exploration de ces sites, de manière sensible, de la même manière que nous l'avions fait lors de notre première visite à Beaurevoir. Pour préparer notre atelier, nous avons dû analyser nos premières expérimentations in situ, réalisées de manière intuitive.

Du détail au paysage

Dans un premier temps, nous avons guidé les enfants en ligne et en silence pour parcourir les différentes limites du site. En prêtant d'abord attention au sol sur lequel ils se déplaçaient, ils ont ensuite suivi avec leur doigt la ligne de l'horizon qui les entourait. Suivre la ligne avec son corps permet de prendre conscience de ses irrégularités, de ses accidents. Ensuite, les yeux bandés, ils ont écouté les sons de l'environnement proche et lointain, senti le vent entre leurs doigts et reconnu sa provenance. Toujours à l'aveugle, ils ont du retrouver le point haut du site, en prêtant attention à la pente du sol et à leur centre de gravité. Munis d'un petit tube à essai en verre, ils ont ensuite cherché un échantillon à prélever, un objet qui leur plait, auquel ils ont été sensibles. Cet exercice permet d'observer le site en détail et de prêter attention aux motifs qui le composent. A ce même moment, les enfants relèvent les empreintes des matières présentes sur le site en grattant leur crayon sur un petit cahier que nous leur avons confectionné. Avec des couvertures de survie et des papiers miroirs, par groupes de 2 ou 3, les enfants ont joué avec le vent et la lumière, ont essayé de créer des formes nouvelles, de se raconter des histoires, avec le paysage. Le dernier exercice était orchestré par nos soins. A la manière de chorégraphes, nous leur avons proposé un exercice de composition avec l'ensemble de leurs corps qui, placés d'une certaine façon dans le paysage, soulignaient certaines de ses lignes.

Parcours en ligne avec la classe de Mr Routier (6e2)
Parcours en ligne avec la classe de Mr Routier (6e2)

Premiers retours d'expérience

Une fois de retour en classe, nous avons montré aux élèves les photographies que nous avions prises lors du dernier exercice de manière à ce qu'ils prennent conscience de l'impact de leurs corps dans le paysage. Nous avons ensuite échangé à partir de ce temps d'expérimentation in situ. Certains enfants ont été surpris par la sensation de déséquilibre après avoir eu pendant un temps prolongé les yeux bandés. D'autres se sont quant eux surpris à chercher dans le moindre détail l'échantillon à la manière d'une chasse aux trésors. L'expérience avec le vent et la lumière a aussi eu un franc succès. Au cours de cet atelier, nous sentons peu à peu les individualités s'exprimer, certains refusent de se prêter à tel ou tel atelier tandis que d'autres souhaitent poursuivre sur leur exercice favori. Parfois, des tensions s'installent, au même moment où d'incroyables moments de jeux et de rire éclatent.

Ecoute de ses sens les yeux bandés avec la classe de Mr Routier (6e2)
Ecoute de ses sens les yeux bandés avec la classe de Mr Routier (6e2)