Les enfants découvrent les boîtes réalisées par leurs camarades.

Confronter les regards

Publié par Chloé Mariey & Mélanie Metier

Journal du projet

L'émergence d'un regard individuel

Lors de notre première rencontre avec les enfants et des premiers ateliers, un phénomène attire notre attention : les élèves s'observent, se mettent d'accord à plusieurs sur la réponse à donner à l'exercice proposé, ils se copient. La moindre piste que nous donnons à l'oral, pour présenter des exemples, est de suite prise d'assaut et injectée dans le travail des enfants. Les ateliers que nous proposons, bien que cadrés, tentent de laisser place à une certaine liberté : il existe autant de réponses justes que d'enfants, l'erreur n'existe pas, les consignes peuvent être remises en cause et détournées. Face à cette méthode, les enfants semblent au premier abord perturbés, ils se recréaient eux-mêmes des règles, prendre cette part de liberté ne semble pas chose facile : Quoi en faire? Comment l'utiliser? Peu à peu les différences entre chaque enfant s'affirment. Chacun explore son monde sensoriel, s'intéresse à sa propre perception. Des initiatives prennent forme, les avis divergent parfois.

Une multitude de sensibilités

Sensibles à cette évolution, nous avons donc souhaité poursuivre le travail de manière individuelle avec chacun des 64 enfants. Au fur et à mesure que les envies et la démarche de chacun se dessine, il nous apparait essentiel de proposer des temps destinés au partage et à la découverte de toutes ces intentions personnelles et subjectives. Autour d'une table, les uns et les autres confrontent leurs points de vue. L'intention première et l'interprétation diffèrent parfois, de nouvelles questions émergent. Les enfants s'étonnent de la diversité des travaux à partir des mêmes outils employés, des même consignes données, du même lieu étudié.

Moments d'échanges autour des maquettes réalisées par les enfants de 6e2.
Moments d'échanges autour des maquettes réalisées par les enfants de 6e2.

Une travail collectif

Ces expériences ont commencé à nous guider dans la définition de notre mode de restitution. A la fois recherches, productions individuelles mais aussi diversité de points de vue et de postures à partir d'un même sujet, les notions d'individualité et de collectif qui émergent nourrissent notre travail de recherche. Afin de créer cette dimension collective au travers du travail de chacun, nous avons choisi de faire travailler les enfants sur des formats uniques : des carrés de 25x25 cm. Si l'ensemble des productions d'un même enfant ainsi que du groupe diffèrent, le support, lui, reste constant, identique, immuable.

Ensemble des boîtes réalisées par les 64 enfants exposées lors de la restitution finale
Ensemble des boîtes réalisées par les 64 enfants exposées lors de la restitution finale