détails du paysage réalisé avec les enfants

Espace réel / Espace rêvé

Publié par Pauline Rousseau

À partir de reproductions de photographies et cartes postales anciennes représentant la Martinique, les enfants et moi-même nous lançons dans la réalisation d'un grand paysage . La création de ce grand paysage nous occupera pendant plusieurs ateliers et nous conduira à expérimenter plusieurs techniques : collage, assemblage, composition, dessin. 

Nous initions cette partie du projet en nous remémorant les différents paysages que nous avons étudié ensemble : les paysages classiques avec leurs règles propres (3 plans bien visibles, structurés en trois tiers etc), mais aussi des exemples plus récents à travers les œuvres de Mathieu Pernot et Vik Muniz.

J'explique aux enfants qu'à la manière de Mathieu Pernot nous allons travailler au sol afin d'avoir le plus d'espace possible et que nous allons travailler collectivement.

Je leur distribue les reproductions de cartes postales anciennes que j'ai apportées. Dans un premier temps je les invite à les  regarder et les organiser thématiquement. Chacun prend un tas de feuilles et nous définissons ensemble comment nous allons les trier : les personnages d'un côté, les architecture de l'autre, "quand il y a la mer et le ciel c'est un autre groupe"...etc

Parmi les reproductions, il  y a aussi des textes racontant des épisodes historiques de l'histoire de la Martinique, je pensais les écarter mais certains enfants les trouvent intéressants, ils pensent qu'on devrait les garder et les intégrer dans notre composition. 

Les enfants sont très intéressés par les images anciennes et ils reconnaissent certains des lieux qui sont représentés : des rues de la ville de Saint-Pierre (ville très proche du Prêcheur), les halles où se trouvent aujourd'hui encore le marché, mais aussi d'autres villes ou endroits de l'île qu'ils ont eu l'occasion de visiter. 

Ils sont aussi très curieux des différents détails et situations qu'offrent ces images et je vois qu'ils s'amusent beaucoup à les regarder. Je leur explique ce qu'est une archive et le rôle très important que ce type de document peut avoir. Cela fait échos aux discussions que nous avons eu ensemble à propos du rôle de la carte postale et de la photographie lors d'un précédent atelier.

À partir de ces éléments issus d'une réalité passée nous allons ensemble imaginer, créer et composer un paysage rêvé.

Les enfants en train de travailler à la réalisation du paysage

Une fois que nous avons organisé et sélectionné les éléments qui nous intéressent il est temps de découper!

Pendant que certains se lancent dans le découpage, je réunis un petit groupe d'enfant avec qui prépare la grande feuille qui nous servira de support. Ils sont intimidés par sa grande taille et lorsque je leur dit que le but est de la recouvrir entièrement, ils sont choqués : " - Quoi ?  Pas possible! D'ici là on sera au collège!"

Une fois les découpages effectués, les enfants se lancent ensuite dans le collage, je leur montre qu'il faut réfléchir à la composition avant de coller les éléments, les positionner, faire différents essais, car une fois que c'est collé il n'y pas de retours en arrière possible! 

Chacun travaille à son rythme.  La consigne est d'essayer de suivre la logique du dorica castra afin de créer une continuité entre les différents éléments. Deux enfants me demandent d'utiliser mon téléphone afin de réaliser des photographies de leurs différents essais afin de les garder en mémoire et choisir celui qui fonctionne le mieux avant de coller. Je trouve l'idée très astucieuse et les encourage dans cette voie. 

les enfants au travail

Certains élève se concentrent sur une zone en particulier ou sur un type d'éléments (personnages, éléments de texte...), d'autres préfèrent se mouvoir autour de la grande feuille. Plusieurs décident de se réunir pour réaliser le ciel collectivement. N'ayant pas assez de "matière ciel" au sein des reproductions proposées, ils décident de découper dans les chutes de papiers des formes géométriques qu'ils assembleront comme de la mosaïque. Je les entends dire à voix basse :

"- Lui il récupère les papiers, toi tu découpes, moi je colle, sinon on va pas s'en sortir!".

Une fois tous les éléments assemblés et collés, nous dédions un autre atelier à dessiner et remplir les espaces vides au stylo. Le fait de travailler collectivement décomplexe les enfants concernant leur crainte récurrente de ne pas savoir dessiner ou de "mal dessiner". 

détail du Paysage - Carte Postale

Petit à petit, le paysage mi-réel, mi-imaginaire prend forme sous nos yeux.

"- En fait c'est comme une carte postale géante !" s'exclame un enfant enthousiaste.

"- Ça manque un peu de bleu, mais sinon on voit bien que c'est la Martinique, enfin à notre manière, notre Martinique à nous quoi!" lui répond fièrement un autre enfant du groupe.

 

 

 

 

Le paysage prêt pour être accroché !
Le paysage prêt à être accroché

Compte tenu de la situation sanitaire, l’accueil des Ateliers Médicis est fermé.