Premiers contacts

Premiers contacts

Publié par Youssouf Abi-ayad

Journal du projet

C’est parti !

Premiers jours-premiers contacts à l’école de Biesles !

44 élèves. 2 maîtresses d’école et une assistante en cours.

Entre 1h et 1h15 avec chaque classe pour les premiers contacts.

Comment leur parler ? Comment les rencontrer ? Quoi leur dire ?  Le temps passe si vite ! Comment s’adapter aux énergies des deux classes ? Et aux énergies de tous les élèves ? À quoi s’attendent-ils ? Qu’est-ce qu’il s’imaginent ?

Le secret a été gardé : J’ai été accueilli comme “l’invité mystère” par les élèves. Les maîtresses d’écoles n’ont rien dit. Les élèves ne savent pas comment je m’appelle, ni pourquoi je suis dans leur école, ni pour combien de temps, ni pour quoi faire. J’étais leur invité mystère. Et ils étaient mes d’invités mystères ! Des dizaines d’invités mystères.

Alors c’est précisément l’occasion de tout imaginer. De tout rêver. De jouer à deviner. De jouer à créer. De jouer avec le mystère. S’inventer un prénom ou plusieurs prénoms, un ou plusieurs noms, un âge ou des âges, une ou plusieurs dates de naissances, des vies, des quotidiens, un entourage, des villes et des pays et des continents et des planètes et des galaxies et des mondes d’origine(s).

Tous le monde s’est présenté sous sa nouvelle identité. Je ne connais toujours pas leur prénoms, ils ne connaissent pas le mien. Nous avons alors la possibilités d’être qui nous voulons les uns pour les autres.

Sans s’en rendre compte,  ils ont créé et donné forme à leurs imaginaires.  Au fur et à mesure des présentations, ils se sont même parlé entre eux en personnages. Ça n’avait l’air de rien, mais c’était tout simplement du théâtre. Il suffirait qu’on écrive une histoire avec tout ça, qu’on les mette en scène et nous voici avec un spectacle.

Première classe

Pour une classe, j’étais Friedrich, allemand né en 1983. J’aimais jouer à des jeux de ballon dans des rues où les voitures ne passaient pas à l’époque. Si je parais jeune aujourd’hui c’est grâce à un voyage dans le temps que j’ai pu effectuer pour me retrouver devant eux.

Eux, c’était :

Hou-Hou, Phouka…etc.

Deuxième classe

Pour la deuxième classe, j’étais Tim, joueur de volley-ball anglais blessé au Tibia et ayant dû arrêter le sport. L’occasion m’a été alors été offerte de voyager partout dans le monde, en Afrique notamment. Je suis né en 1789 et en 2026. Comment expliquer ça ? Des modifications sur le temps que j’ai pu opérer grâce à une invention personnelle.

Eux, c’était :

Bubble Fish, Diabola…etc.