Photo © Colas Photographie

Mars, pédaler, improviser et écouter encore.

Publié par Rémi Fox

Journal du projet
Arts numériques Musique Improvisation musicale, Composition musicale, Séances d’enregistrement, Nouvelles technologies musicales.

Lundi 15, mardi 16, jeudi 18 et vendredi 19 mars, pédaler et improviser

Cette semaine, les élèves vont travailler sur l’improvisation musicale. Ils forment cinq groupes : les Guépards, les Lézards, les Lions, les Renards et les Panthères. L’improvisation est une pratique très enrichissante. Elle développe notre concentration et notre capacité à réagir. Elle stimule notre imagination. Elle enrichit l’habileté de la spontanéité, des réflexes musicaux, du jugement instinctif et des décisions intuitives. Elle nous apprend la tolérance et la bienveillance envers les autres. Improviser en collectif nous amène à coopérer. Et la coopération « c'est un moyen de construire une société où chacun n'est pas en lutte avec les autres et où la réussite est au service de tous. » (Yves Reuter, 2021)

Aujourd’hui, le principe est simple : modifier le son acoustique du saxophone avec des pédales d’effets électroniques. Mon saxophone alto est connecté à ces pédales d’effets électroniques et les enfants les activent et les manipulent. Avant cela, nous allons « composer » notre improvisation en indiquant sur une partition le mouvement (rapide ou lent), le temps (long ou court), les effets électroniques utilisés (à l’aide des symboles correspondants à chaque effet) et la forme (l’ordre d’apparition et de disparition des effets). Ces indications nous serviront de point de départ et de directions à nos improvisations. Les imprévus et les surprises lors de la performance seront toujours les bienvenus. Voici quelques exemples d’indications :

Les Lions : Improvisation #5 : Mouvement rapide – Temps long – F / R / T / M

Les Renards : Improvisation #2 : Mouvement rapide – Temps long – T / R / F / Ohaut / Rb

Les Panthères : Improvisation #4 : Mouvement rapide – Temps long – M + T / Rb / Obas / F

Chaque enfant choisi le ou les boitier(s) (deux maximum) avec le(s)quel(s) il souhaite improviser. La plupart des élèves ne sont pas novices en improvisation. Leur enseignante les fait régulièrement improviser en théâtre. Avec les Panthères, nous nous posons cette question : comment faire pour que ce ne soit pas toujours le saxophoniste qui mette fin à l’improvisation ? En effet, comme je l’expliquais plus haut, le saxophoniste émet le son puis les élèves traitent et modifient cette source sonore en manipulant les pédales d’effets. Quand le saxophoniste s’arrête de jouer, il interrompt la « matière première » (la source sonore) et il n’y a donc plus rien à modifier électroniquement. Une solution est trouvée par les Panthères : nous pourrions utiliser les effets qui « gèlent » le son (comme la pédale Freeze) ou ceux qui répètent le son à l’infini (comme le delay) et ainsi décider nous-même de l’interruption du son. Très bonne idée !

Toutes ces improvisations sont enregistrées, il ne reste plus qu’à leur donner un titre.

Vendredi 19 mars, écouter

Nous nous retrouvons en classe pour écouter une sélection des improvisations réalisées cette semaine. L’expérience du phénomène sonore sollicite grandement l’imaginaire des élèves. Les titres trouvés en sont la preuve :

Les guépards : « La terreur » (Improvisation #3)

Les lézards : « L’harmonie rouge » (Improvisation #3)

Les lions : « Le Japon » (Improvisation #6)

Les renards : « Conte d’horreur » (Improvisation #1)

Les panthères : « Les soucoupes volantes » (Improvisation #3)

Chacun est à l’écoute de soi et de l’autre. Nous avons créé avec la professeure une grille d’écoute pour les élèves afin de faciliter les discussions entre nous.  

Pendant l’écoute :

A quoi as-tu pensé ? Qu’as-tu imaginé ? As-tu vu des images ou des couleurs ?

Quels effets électroniques as-tu reconnu ?

  • DELAY (M)
  • REVERB (Rb)
  • FREEZE (F)
  •  OCTAVEUR (O)
  •  DISTO (R)
  • MORSE (T)
  • VOLUME (V)

Après l’écoute :

Quel est ton ressenti, ton ou tes émotion(s) après cette écoute ?

Décris le son que tu as le plus aimé et explique pourquoi.

Décris le son que tu as le moins aimé et explique pourquoi.

Pour toi, cette improvisation était :

  •  D’une bonne durée
  •  Trop longue
  •  Trop courte

Quelles sont tes propositions pour améliorer la prochaine improvisation ?

Plusieurs pistes d’amélioration sont proposées :

  • Écouter les autres et s’écouter plus
  • Prendre plus son temps
  • Se faire des signes pendant l’improvisation
  • Faire attention aux sons trop aigus 
  • Créer davantage d’équilibre entre les sons acoustiques (saxophone) et les sons électroniques (pédales d’effets)
  • Faire des improvisations en duo, trio, etc.

Nous expérimenterons tout ça le mois prochain.

Les ateliers avec les élèves se passent merveilleusement bien. Ils sont très réceptifs aux nouvelles connaissances et pratiques que je leur propose. Depuis le début de l’année, nous avons découvert le métier de musicien à travers l’écoute attentive de différentes musiques, la découverte du mélange entre sons acoustiques et sons électroniques, la manipulation de pédales d’effets électroniques, l’improvisation et l’interaction musicale en groupe. Les élèves font preuve d’une totale ouverture d’esprit et d’une créativité débordante. La prochaine étape en avril sera d’enregistrer et de monter leurs propres morceaux de musique avec l’ingénieur du son Valérian Langlais.

À suivre…

Les cinq improvisations