Photo © Colas Photographie

Janvier, se présenter et échanger.

Publié par Rémi Fox

Journal du projet
Arts numériques Musique Improvisation musicale, Composition musicale, Séances d’enregistrement, Nouvelles technologies musicales.

Lundi 4 janvier, l’arrivée

C’est le jour de la rentrée des classes de la nouvelle année 2021. J’arrive à l’école en début d’après-midi. Le directeur m’accueille et me fait visiter les lieux. C’est une grande école qui rassemble des classes maternelles et élémentaires. Outre le fait d'être en REP et en « Quartier Politique de la Ville », l’école possède deux fortes spécificités inscrites dans son projet d'école : elle est à la fois, depuis près de 30 ans une école biculturelle (avec un enseignement précoce, dès la PS, de l'allemand) et depuis 8 ans une école avec un projet de pratique théâtrale soutenu par la commune, m’avait écrit le directeur avant ma venue. Je rencontre pour la première fois « en vrai » la professeure avec qui je travaillerai jusqu’aux vacances d’été. Nous nous étions déjà parlé au téléphone pour préparer les premières séances avec les élèves. Le courant passe très bien. Je réside dans l’appartement de l’ancien concierge de l’école. Il n’y a plus de concierge dans les écoles depuis plusieurs années, cet appartement est donc inoccupé depuis bien longtemps. Il est temps d’habiter ce grand espace vide. Je prends le temps d’installer ce que j’appelle mon « mobil home studio ». Il s’agit d’un poste d’enregistrement transportable constitué d’un ordinateur, de pédales d’effets électroniques, de deux enceintes et de plusieurs micros. Vers 17h, une fois les professeur(e)s et les élèves partis, l’école est pratiquement déserte. Seuls le directeur et les agents d’entretien sont encore là. Vers 21h, il n’y a plus personne. Drôle de sensation que de se retrouver complètement seul dans une école la nuit…

Mardi 5 janvier, les présentations

La première rencontre avec les élèves se fait le lendemain après-midi dans le « préau », un des gymnases de l’école. Les enfants sont assis en face de moi. Je me présente, leur parle de mon parcours et du métier de musicien. Je suis né à Thionville, pas très loin de Creutzwald, ça créé des liens. On parle de la musique « jazz ». Ils connaissent cette musique et ses origines car ils ont travaillé sur l’esclavage et la colonisation aux États-Unis d’Amérique avec leur professeure. Je leur joue « My Favorite Things ». Je leur explique que c’est une chanson issue de la comédie musicale de Broadway « La Mélodie du bonheur ». Par la suite, elle a été rejouée par beaucoup de musicien(ne)s de jazz. Je leur fais écouter la version de John Coltrane. Nous parlons de l’improvisation. Certain(e)s ont des remarques brillantes. Je leur raconte ce que je viens faire dans leur école et ce qu’on va faire ensemble : écouter, pédaler, enregistrer et improviser.

Les enfants sont très curieux. Ils me posent des tas de questions :

C’est dur de jouer du saxophone ?

C’est quoi ton objectif ? [Je lui demande de préciser sa question.] Tu voudrais devenir riche et célèbre ?

Tu es déjà passé à la télévision ?

Tu fais des tournées ?

À mon tour de leur poser deux questions : quel est votre nom et jouez-vous de la musique ?

Sarah

Manil

Mus’ab

Malika

Lohan joue du tambour

Maëlys joue du clairon

Raphaël joue du tam tam

Ilyes

Léana joue de la flûte à bec et du piano à la maison

Karim joue du djembé

Massil joue aussi du djembé

Alicia joue du piano, de la guitare et du djembé

Ornella

Kaïys

Kilian

Ayana

Fransesco

Adrien

James joue du tambour seul

Noé joue de la flûte traversière et chante

Joshua

Nous nous reverrons dans deux jours. D’ici là, ils devront répondre à ces trois questions : c’est quoi improviser ? C’est quoi être un(e) musicien(ne) ? Ça représente quoi la musique ?

Jeudi 7 janvier, concert de (ré)création

Mon studio de travail donne directement sur le terrain de foot de la cour de l’école. Le directeur m’a proposé de jouer pendant une des récréations. Très bonne idée. Il me suffit d’ouvrir les fenêtres de mon studio et ainsi tous les élèves et tou(te)s les enseignant(e)s m’entendent jouer. Une manière de me présenter à l’école entière. J’ai appelé ce moment « concert de (ré)création ».

Vendredi 8 janvier, les présentations suite

Voici le moment de la deuxième rencontre avec les élèves. Je commence par leur montrer une vidéo de mon groupe nOx.3 & Linda Oláh. Le morceau s’appelle « Circles » et il est issu de notre nouveau spectacle MiMo créé à l’Arsenal de Metz. Les enfants ont beaucoup aimé.

J’ai lu la veille au soir leurs réponses aux trois questions. Chaque élève y a répondu sur une feuille à carreaux. Il y a des perles. Nous débâtons en classe autour de ces trois questions.

Pour toi, c’est quoi improviser ?

C’est comme tu es dans ta cuisine tu sais pas quoi manger.

C’est quand tu te rappelles plus de la musique alors t’inventes des notes de musique.

C’est quand on change quelque chose mais les autres ne le savent pas.

C’est faire quelque chose en avance.

C’est inventer, faire les choses à sa manière.

C’est faire ce que l’on veut. On peut changer les notes.

C’est faire avec ce que l’on a.

C’est partir de rien en essayant de faire quelque chose.

C’est changer une base, faire avec ce qu’on a, des fois c’est quand on oublie des choses.

C’est ce qu’on chante et il faudra oublier.

C’est combler des trous. Ou inventer, modifier une partition.

On peut modifier la musique.

Quand on n’aime pas des paroles, on les change avec les nôtres.

Ça vient comme ça, on fait la note qu’on veut.

Pour toi, c’est quoi être un(e) musicien(ne) ?

C’est quand on fait de la musique et que l’on voyage pour faire connaitre sa musique.

C’est faire plaisir aux autres avec des notes. Les notes sont un langage magique.

Ça sert à être célèbre.

Moment de solidarité et pour nous unir.

Pour toi, ça représente quoi la musique ? 

La musique m’aide à me reposer.

C’est pour m’amuser, apprendre et faire partie d’un groupe.

La musique ça sert à ambiancer, c’est fun et ça sert à apprendre à chanter.

Pour moi c’est apaisant ça m’aide à me calmer et j’adore vraiment la musique.

Pour moi c’est un moyen de s’occuper et se défouler en dansant ou de se détendre.

Pour moi c’est pour les mouvements de solidarité et pour nous unir.

C’est un moment où on peut profiter et dire ce qu’on veut.

C’est un art.

Un moyen de distraction.

Des fois c’est beau et bien à entendre.

La professeure et moi leur avions demandé d’écrire sur un bout de papier le titre de leur chanson préférée et la raison de leur choix :

J’aime bien des musiques de Soprano car ça apprend des choses. 

J’aime Le Coach car on va la chanter à l’école. 

Soprano parce qu’il m’apprend à faire du sport.

Ma chanson préférée est : One Day. Le chanteur est : Maher Zain. Pourquoi : j’aime ce chanteur parce qu’il est musulman et cette chanson parce que ça me rappelle ma famille.

Le coach de Soprano parce qu’il donne de l’émotion FORT.

Le titre est : dans le vide. De : Indila. Car la musique est douce.

J’aime la musique Zumba Caféw parce que y’a plein de chanteur que j’aime qui chante dans cette musique.

J’aime Rap Saison 4 Chapitre 2 de Silow parce que le chanteur fait souvent du rap et il a bientôt le million d’abonnés. 

J’aime la musique Oh mon papa ! L’artiste c’est L’Algérino. Parce que ma maman me la fait écouter et ça m’a fait penser à mon papa.

Koffi Lossa, Paris c’est nous. J’aime parce qu’il parle de Paris et c’est ma ville préférée.

La musique s’appelle 6.3 de Naps et Nihnio. Je l’aime car j’aime le rap.

J’aime Indila avec la musique Tourner dans le vide car c’est une musique que j’écoute depuis petite et je l’aime bien.

J’aime la musique Mon précieux de Soprano parce qu’il est cool et j’aime bien les chansons qu’il fait.

J’aime la musique Ninja de Soprano car j’aime bien toutes ses autres musiques mais cette musique est pour moi l’une des meilleures.

J’aime la musique Mon précieux de Soprano parce que je le regarde depuis que j’ai un téléphone.

J’aime la chanson Ninja de Soprano car sur cette musique il chante bien. C’est l’une de mes musiques préférées de Soprano.

NerdOut, Imposter Imperceptible parce que ce chanteur il chante trop bien.

Hamaz, King kong parce que c’est un rappeur qui habite à Creutzwald.

Nous faisons un blind-test à partir de ces chansons. Je joue une petite partie du morceau (un riff ou un bout de mélodie) et ils doivent deviner le nom de la chanson ou de l’artiste. Ils sont très forts. Je leur joue un morceau que je suis en train de travailler : « Sekarinotan ». C’est un morceau de l’ensemble Gamelan Semar Pegulingan enregistré à Ubud sur l’île de Bali en 1941. Je leur fais écouter la version originale et je leur explique la manière dont je me l'approprie. Les élèves me font découvrir les instruments de percussion qu’ils ont fabriqués. Nous décidons de jouer ensemble pour terminer cet atelier en beauté.

Nous nous retrouvons avec le directeur et la professeure pour faire un point sur la semaine passée. Ils sont de très bons conseils et s’impliquent entièrement dans le projet. Nous organisons ensemble les séances du mois de février. Nous sommes très enthousiastes.

Cette résidence commence bien. On sent un véritable climat de bienveillance dans la classe. Les enfants s’expriment sans aucune retenue et ont l’habitude de discuter et de coopérer entre eux. Vivement le mois prochain.    

"Circles" de nOx.3 & Linda Oláh

Issu du concert de création "MiMo" enregistré le 25 septembre 2020 à l’Arsenal de Metz
Linda Oláh - voix
Rémi Fox - saxophone
Matthieu Naulleau - piano
Nicolas Fox - batterie
Valérian Langlais - Prise de son live et mix