Photo © Colas Photographie

Avril, improviser encore. Mai, enregistrer et monter.

Publié par Rémi Fox

Journal du projet
Arts numériques Musique Improvisation musicale, Composition musicale, Séances d’enregistrement, Nouvelles technologies musicales.

Jeudi 29 et vendredi 30 avril, improviser

Nous réalisons nos dernières séances d’improvisation. Je joue du saxophone et les enfants jouent des pédales d’effet électronique (lire le récit de mars). Il est fabuleux de voir les progrès qu’ils ont pu faire depuis le début de l’année. Les enfants emploient naturellement le nom de tous les effets et les manipulent avec aisance. Maintenant qu’ils savent les utiliser, je leur propose d’improviser les yeux fermés pour se concentrer davantage sur le son. Les cinq groupes ont sélectionné une improvisation et lui ont donné un titre. La pièce des guépards s’intitule « La terreur », celle des renards « Conte d’horreur », les lézards « L’harmonie Rouge », les panthères choisissent le titre « Les soucoupes volantes » et pour les lions c’est « Le Japon ».

Leur professeure a demandé à chaque groupe d’écrire un texte en rapport avec leur improvisation et sur le thème du « rêve éveillé ». Ces textes seront récités et enregistrés par les élèves la semaine prochaine avec l’ingénieur du son Valérian Langlais.

Mai, enregistrer et monter.

L’enregistrement est un très bel outil pédagogique. Quoi de mieux que de s’enregistrer puis de s’écouter pour encore mieux se connaître ? Ces séances seront l’occasion de plonger les élèves dans le monde de l’enregistrement musical. Ils découvriront l’utilisation d’un micro et d’un logiciel d’enregistrement.

Lundi 3 mai, rencontre avec l’ingénieur du son Valérian Langlais
Aujourd'hui, les élèves rencontrent l’ingénieur du son Valérian Langlais qui nous fait découvrir le métier d’ingénieur du son. Nous apprenons comment on enregistre notre musique et comment on la « produit ».

Mardi 4 mai, enregistrer et constituer sa « sonothèque »
Les élèves deviennent de véritables ingénieurs du son et constituent leur propre « sonothèque ». Les lions enregistrent les percussions qu’ils ont fabriquées en début d’année : des tambours, des bâtons de pluie, des clochettes. Les lézards enregistrent des instruments de musique : le clairon de Maëlys, la flûte traversière de Noé, la flute à coulisse de Sarah, la flûte à bec de Raphaël, le saxophone de Rémi et la trompette de Valérian. Les renards et les panthères enregistrent des voix : les textes qu’ils ont écrits, et aussi des blagues et des conversations entre eux. Les guépards enregistrent des ambiances, des environnements et des paysages sonores. Munis d’un enregistreur et d’un micro, ils partent capter des sons dans l’école, dans la cour de récréation, dans les escaliers et dans la classe. Nous avons aussi enregistré deux morceaux de body tapping qu’ils ont appris en classe avec des vidéos réalisées par les coordinateurs pédagogiques de l’académie Nancy-Metz : http://www4.ac-nancy-metz.fr/eac57/

Jeudi 6 mai, monter et mixer
Les cinq groupes vont maintenant monter et mixer leur pièce avec Valérian. L’improvisation sélectionnée en sera la base. À partir de là, ils ont tous les droits. Ce sont eux les directrices et directeurs artistiques. Ils peuvent par exemple décider de raccourcir tel passage et d’ajouter tel échantillon sonore à tel niveau. Les élèves piochent dans la sonothèque et font une sélection parmi tous les sons. Ils les montent ensemble et les ajoutent avec leur improvisation pour construire leur propre morceau. Ces enregistrements seront utilisés pour nos séances d’improvisation avec le musicien-chercheur Jérôme Nika en juin.

Vendredi 7 mai, ré(écouter)
Pour finir la semaine, nous écoutons tous ensemble les cinq pièces. Avant cela, nous souhaitons avec Valérian leur faire écouter le morceau « Radio Edith » de notre groupe nOx.3 & Linda Oláh. Cette pièce a été conçue de la même manière que la leur. Nous avons d’abord enregistré une base musicale (la batterie, le piano et le saxophone), puis nous y avons ajouté plusieurs voix (parlées ou chantées) et d’autres parties instrumentales (des phrases supplémentaires de saxophone par exemple). Après l’écoute attentive de ces six morceaux, la professeure lance une discussion. Les élèves parlent de leur ressenti. Ils sont très bienveillants et encourageants entre eux.

Juste en face de l’école se trouve une immense forêt. Pour la dernière heure de la semaine, nous partons enregistrer dans les bois avec le groupe qui habituellement fait du théâtre avec leur professeure. Chacun capte des sons selon ses envies et son parcours : les voix de ses camarades, le vent, les branches qui craquent, ses propres bruits de pas ou encore un saxophone qu’on entend au loin.

"Radio Edith" de nOx.3 & Linda Oláh et les cinq pièces des élèves !