Montagne sacrée 2, gravure sur bois et monotype sur papier, 210 x 197 cm

La montagne sacrée

Publié par Tereza Lochmann

Journal du projet
Arts plastiques Arts visuels Urbanisme Gravure, Dessin, Multiples expérimentaux, Monotype, Peinture

Comment les filets de pêche, trouvés au bord de la mer Méditerranée, se transforment-ils en montagne sacrée d’un pays imaginaire ?

En février 2020, bien avant le début de confinement, j'arrive dans le sud de la France, pour passer trois mois à Antibes, une ville à l'ambiance inimitable et à l'histoire culturelle et artistique majeure, pour une résidence au Musée Picasso. Le soir de mon arrivée, ma première promenade m’amène au port Vauban, un ancien port militaire et un des plus grands ports de plaisance d’Europe. J’y ai trouvé, dans la pénombre, un tas de filets de pêche entremêlés. Ces filets appartiennent aux pêcheurs qui, chaque matin, vendent du poisson directement au port et attirent les habitants de la ville, les touristes et les curieux. Ces filets entremêlés m’ont immédiatement fait penser à des montagnes, à petites échelles, peu ordinaires. Les cordes et les fils formaient des chemins qui menaient non seulement au sommet, mais aussi à l’intérieur de la masse. Les interstices, entre les cordes luisantes, forment des espaces mystérieux et m'évoquent l'image d'une montagne sacrée. Un endroit magique, un écosystème alternatif au milieu de la matière, à la fois dangereuse et accueillante. Il y a une vieille légende tchèque, Le Trésor du poète K. J. Erben (1811-1870), qui raconte l'histoire d'une grotte creusée dans une montagne située au milieu de la forêt. Une fois par an, à heures et dates précises, la grotte s'ouvre et offre à la vue des promeneurs chanceux, son trésor caché. Toutefois, garde à celui ou à celle qui y demeurera trop longtemps, ébloui.e par sa richesse : la grotte l'englouti.e jusqu'à l'année prochaine !

J’ai pensé aussi à la Montagne sacrée d’Alejandro Jodorowsky et son principe de « psychomagie ». Un tel endroit serait indispensable pour notre pays imaginaire de la Tramtarie ! J'ai donc commencé à représenter la « montagne » sur deux panneaux de bois. J'ai aussi prévu trois tirages sur divers papiers : deux tirages sur papier japonais (en intégrant un tirage expérimental à partir d’un pneu de moto) et le troisième sur papier journal en prémisse de la fresque conçue avec des élèves de l’école de Sainte-Foy-la-Grande par processus de collages appliqués directement sur un mur du préau. Par sa taille, la montagne sacrée devient un élément central de la carte du pays imaginaire. J'intègre prochainement à la carte les empreintes de pneu. Le processus est simple : lancer un pneu encré sur un support, le laisser rouler librement pour créer ainsi des chemins et des routes aléatoires qui serviront à tracer des points de repère sur la carte du pays imaginaire.

Une fois la montagne terminée, une belle coïncidence est survenue lors de mes échanges à distance avec les élèves via notre plateforme en ligne (padlet). Je leur ai demandé de s'interroger sur la nature des montagnes de la Tramtarie. Une élève m'a répondue : « Si les montagnes étaient très très sacrées  ? »... les élèves ne connaissaient ni les visuels ni le titre de mes dernières productions dédiées à la Montagne sacrée ! Et si la « psychomagie », au sens de Jodorowsky, opèrerait déjà entre Antibes et Sainte-Foy-La-Grande ?

Depuis lors, je m'interroge sur ces endroits inaccessibles et mythiques et la place à leurs accordés dans la carte du pays imaginaire. Pour développer et organiser les différentes zones et les phénomènes naturels observés en Tramtarie, j’ai dessiné une carte cognitive (image ci-dessus). La carte cognitive (ou carte mentale), en tant que système d’organisation de la pensée, serait aussi un des principes de la création de la carte du pays imaginaire de la Tramtarie.

La montagne en évolution

Monotype à partir d'un pneu