bogny

frondaison

Publié par Anouk Lejczyk

Journal du projet

Printemps. Je découvre le vert-Ardennes, un vert mixte et non-total : trouées de scolytes, chênes au débourrement tardif.

Martelage avec une équipe de l’ONF : sémiotique et accessoires. "Aujourd'hui on travaille pour le chêne". Marteau-hache et griffe pour marquer les troncs des arbres à abattre ; compas pour mesurer leur diamètre ; bombe bleue pour signaler les arbres dits « bio » (pour « biodiversité ») à préserver ; traits jaunes et blancs pour désigner les « cloiso », c’est-à-dire le cloisonnement des rangées pour faciliter l’avancée du martelage en équipe, mais aussi pour démarquer les zones de passage pour le débardage. Equipe jeune et très sympathique, passion du métier. Enjeux politiques et diplomatiques avec la municipalité, les chasseurs, les naturalistes, celles et ceux qui se promènent. Pique-nique dans une grande cabane de chasse en tôle verte.

orvet
Orvet repéré sur le chemin en direction du Mont Vireux, le lendemain de la visite de Virginie.

Conservatrice. A l'école, nous avons accueilli Virginie, conservatrice à la Réserve Naturelle Nationale de la Pointe de Givet. Elle nous a expliqué la géographie composite du lieu : pelouses sèches, formations rocheuses, landes et forêts s’y côtoient sur une surface de 354ha. Elle accueille des espèces animales et végétales rares, dont le fameux hibou grand-duc, le plus grand des rapaces nocturnes d’Europe. Virginie nous a parlé aussi de son métier, qui, contrairement à celui de garde-forestier, se passe plus au bureau que sur le terrain : elle coordonne les projets, recueille et analyse les observations des équipes scientifique. 

En tant que « Policière de l’environnement », elle peut aussi intervenir sur les sentiers de la Réserve et pénaliser les promeneurs et promeneuses qui ne respectent pas les règles, selon son adage : « quand on aime on respecte, et quand on respecte on ne touche pas ».

groupe

Sorties au camp romain. Choix des arbres de ralliement par groupe : le charme « L’Inspecteur », le merisier « Merise », les chênes « Foxbull » et « Patrickeeeuu ». C’est au pied de leurs troncs respectifs que les élèves se sont transmis leurs histoires oralement, sans lire, avec pour seuls appuis leur imagination et leur mémoire. 

Lecture. Extraits du roman Les Grands cerfs de Claudie Hunzinger. La narratrice part à l’affût des cerfs dans les Vosges. Elle y côtoie Léo, photographe animalier, ainsi que des agents de l’ONF et des chasseurs. Outre sa puissance poétique, ce texte remet en jeu des questions que nous avions abordées avec nos différent.es invité.es. Le travail de l’écrivaine n’est pas d’imposer une idée, mais de mettre en perspective les différents points de vue, tout en nous partageant son expérience personnelle.

atelier

Art plastique. Rencontre avec l’artiste plasticienne ardennaise Julie Faure-Brac, qui nous a présenté son travail peuplé d’ « humanimaux » et d’esprits des forêts. Puis, par groupe, mise en images des histoires reçues au pied des arbres, à l’aide de dessins et de collages. C'est à partir de ces drapeaux que se fera la prochaine étape de transmission des récits.