1

derniers tours

Publié par Anouk Lejczyk

Journal du projet

À partir des collages effectués avec Julie, les élèves ré-interprètent les histoires. 

À l'étape suivante, ils se transmettent le texte en pièces détachées. 

À la fin, chaque texte aura circulé dans chaque groupe, avec ses pertes et ses ajouts.

Le jeu du béret littéraire

Il y a 4 équipes : Merise, Patrickeuuu, L’Inspecteur, Foxbull. 
Nous sommes dans le sous-bois du Camp Romain.
Chaque équipe a un arbre, au pied duquel elle se tient.
Chaque équipe a un texte, découpé en 6 morceaux numérotés
de 1 à 6. Chaque membre de l’équipe apprend un morceau.

Le jeu commence. On appelle un numéro. Chaque enfant concerné par le numéro va dire son bout de texte à l’équipe située à sa droite, qui le note consciencieusement. 
Quand tous les numéros sont passés, chaque équipe doit remettre son texte dans l’ordre.

Ça donne 4 histoires collectives, 4 légendes anonymes :

1_

 Un jour après l’école, six enfants nommés Claire, Jules, Oriana, Ophelin, Léo et Clara, décidèrent d’aller se promener dans la forêt. Tout à coup, ils virent quelque chose s’approcher au loin. Ils s’approchèrent et virent un enfant à terre. Le petit homme les regarda et prit brusquement la fuite car il avait peur des enfants. Ils lui dirent qu’il n’avait rien à craindre. Ils l’emmenèrent dans une cabane au fin fond de la forêt. Ils lui donnèrent à manger et des vêtements propres. Un jour ils décidèrent de rentrer au village, quand tout à coup un cheval se dressa devant eux. Ils furent surpris mais décidèrent de monter dessus. Là-bas, personne ne reconnut le petit homme, qu’ils allèrent montrer à ses parents. Cela faisait si longtemps qu’ils ne faillirent pas le reconnaître ! Ils furent si joyeux qu’ils en pleurèrent. Ils organisèrent une fête avec leur famille et leurs amis. Le lendemain, ils allèrent au commissariat de police. Les six élèves ayant sauvé l’enfant, qui répondait au nom de Mattéo, deviennent des héros. 

2_

La mairesse veut construire une piscine au Camp Romain. Elle s’y rend pour évaluer le nombre d’arbres à couper. En sortant de sa voiture, la mairesse reçoit une peau de banane. Puis elle s’aperçoit qu’il y a une manif contre son projet. On organise un vote : autant de POUR que de CONTRE ! Mais il y a un autre problème : la pollution. Beaucoup de ceux qui sont contre le projet  ne veulent plus de déchets non plus. Décision prise, on ne fait rien. On garde les déchets et on ne fait pas de piscine. A la fin de journée, la mairesse est tellement fatiguée qu’elle oublie de retirer la peau de banane de sa tête.


3_

C’est l’histoire d’une fille qui s’appelle Pikassous. C’est une artiste, elle vit dans une maison dans la forêt.  Pour sortir, elle prend avec elle une toile et des outils. Derrière un arbre, un homme blessé, tapi dans l’ombre, s’apprête à la cambrioler.  En se mettant en route, il remarque qu’il saigne. Et pas qu’un petit peu ! Pour arrêter le sang il prend des feuilles. Puis il s’approche de la maison, fracture la porte pour prendre les tableaux et repart en courant. Mais au bout de cent mètres, il tombe à cause de ses blessures, en perdant les œuvres ! 


4_

C’est l’histoire d’un garçon qui se fait tellement harceler que quand il va se promener, il devient fou et pense que la nature entière l’insulte. Il entend la voix grave de l’arbre qui lui dit : « Tu es moche, tu ne sers à rien, on dirait un kiwi ! ». De leur voix aiguë, les cailloux lui disent : « Tu nous énerves avec tes histoires à deux balles ! ». Il aperçoit un cheval qui boit dans une flaque d’eau, et il a l’impression que c’est lui. Plus tard, c’est une limace et il se sent ramper comme elle. Dans son sommeil, il cauchemarde qu’il est dans une tornade. En rentrant chez lui, sa maison l’insulte aussi, et les objets se moquent de lui.

Les Ateliers Médicis sont exceptionnellement fermés le mardi 13 décembre et du 24 décembre au 1er janvier.