Les globes tournent dans le ciel de la classe.

Atelier 01 et 02 - A chacun son petit globe

Publié par Feda Wardak

Journal du projet
Architecture Arts plastiques Arts visuels Construction / Edition / Spectacle vivant / Photographie / Littérature / Audiovisuel

Les Vikings ont cartographié la Terre à leur manière, à une époque où l’on considérait encore que la planète était plate alors que le nouveau continent (l’Amérique) n’avait toujours pas été découvert. Avant eux, dans le sud du Pérou, la civilisation des Nazcas surtout connue pour ses géoglyphes (ces immenses lignes et figures tracées dans le désert) communiquait avec le ciel à travers ces dessins pour que la pluie tombe. Avec le temps ces tracés sont devenus des repères pour cette civilisation. Tandis que de l’autre côté du Pacifique, les Mélanésiens traversaient l’Océan en pirogue, d’île en île par l’intermédiaire de cartes faites à partir de bouts de bois et de coquillages. Ainsi, à travers le monde, de nombreuses manières de cartographier les territoires ont été utilisées. Le collectif Aman Iwan a également redessiné sa propre carte du monde en s’inspirant des travaux de l’architecte Richard Buckminster Fuller. Par la suite, cela nous a permis de localiser dessus les différentes manières de pratiquer l’école à travers le monde, que ce soit sous l’ombre d’un arbre au Ghana, dans les dunes désertiques d’Afghanistan où encore dans les montagnes perchés du Népal.

Cartographie

Avant d’entamer ce premier atelier avec les deux classes de CM1 et de CM2, nous avons organisé une première rencontre afin de présenter le collectif et sa démarche ainsi que les ateliers que nous allions animer au cours des quatre mois de résidence. Nous avons assez vite été perçus par les enfants comme un collectif de voyageurs et d’explorateurs qui part à la rencontre de populations vivants dans des territoires éloignés. Ce premier échange, nous a semblé indispensable avant de débuter la résidence afin de poser des prénoms sur les visages, échanger, questionner et présenter les travaux que nous allions faire de manière commune avec les enfants. Un mois plus tard, nous avons initié le premier atelier sur les différentes manières de cartographier à travers le monde en s’appuyant sur la cartographie des Vikings, celle des Nazcas au Pérou et enfin celle des Mélanésiens dans le Pacifique. Trois manières totalement différentes de se repérer, de voir le monde ainsi que l’espace qui nous entoure. Exposer ces manières de cartographier l’espace de manière non conventionnelle a beaucoup intrigué les enfants dont l’imagination a soulevé des interrogations à priori naïves mais néanmoins pertinentes. A partir de là, nous avons pu questionner la carte du monde conventionnelle que nous avons l’habitude de voir et que nous remettons trop peu en cause. En effet, celle-ci défend une approche Nord-Sud du monde et ne respecte pas les superficies réelles des territoires. Nous avons donc affiché la carte Aman Iwan, redessinée par nous mêmes et clairement inspirée de la Dymaxion Map de Buckminster Fuller. Cette carte tente de respecter au maximum les distances et les superficies et par un jeu ludique permet de disposer les territoires de multiples manières ce qui estompe clairement la limite Nord-Sud. Les réactions ont été immédiates et nombreuses.

« Oh mais on dirait un crocodile ! »     .     « C’est la carte Aman Iwan ça ? »     .     « C’est quoi tous ces triangles ? »

Découpe du patron, on va tenter de prouver que la Terre n'est pas plate.
Découpe du patron, on va tenter de prouver que la Terre n'est pas plate.

Pour cet atelier nous avions préparé le patron de la carte, qui lorsqu’on la découpe et que l’on pli chaque arête des triangles, celle-ci fini par prendre la forme d’un globe terrestre. Des petites languettes avec des points de couleurs permettaient de bien raccorder les différentes surfaces. Chaque élève a pu mettre en volume une carte qui a priori semblait plate et a pu repérer les différents territoires que l’on avait évoqué durant le temps de l’atelier.

Les globes sèchent sur le radiateur.
Les globes sèchent sur le radiateur.

Les Ateliers Médicis seront exceptionnellement fermés le jeudi 30 janvier 2020.