Projet à suivre

Publié par Pauline Fremaux

 

J'ai pu entrer de nouveau en contact avec l'enseignante de l'école de Gioux, et la classe dans laquelle j'intervenais, pour discuter de la reprise éventuelle du projet à la rentrée, mais le programme est serré, et des intervenants ont déjà convenu avant le covid-19 plusieurs petits travaux avec les élèves, qui ne permettront pas de continuer. Cela peut-être l'occasion de reprendre un peu plus tard avec les enfants, dans un autre contexte.

 

Ce projet qui m'a permis de travailler avec plusieurs artisans, mais ce qui au départ était imaginé dans l'espoir d'engager un ensemble de discussions à la fois esthétiques, personnelles, et politiques, pourra-t-il réellement donner lieu à des conversations et à ces portraits, quand survient ce nouveau confinement ?

 

Fonder les recherches sur un ensemble de relations entre divers groupes et personnes, dans un échange direct ou indirect, est nécessaire à un travail construit. L'ouverture de nouveaux projets contextuels ici se fonde sur la parole des uns et des autres, malgré que la documentation et les essais à ce stade aient amoindri ce versant. C'est pourquoi ce projet est pour l'instant une amorce qui, employée comme outil de rencontre/transmission/questionnement, pourrait se prolonger dans le temps. J'espère donc pouvoir discuter d'autres choses qui m'importent, à savoir : travail, économie, langage. Du temps qu'il nous reste hors du travail et du travail domestique, des espaces dessinés par les langues qu'on pratique, de comment ces espaces recroisent des champs politiques et posent la question de la visibilité et représentation tant sociale que visuelle. Et de la possibilité de regarder ailleurs, ou de regarder les détails, sans lesquels toute image est vaine. 

 

 

 

 

 

 

 

Compte tenu de la situation sanitaire, l’accueil des Ateliers Médicis est fermé.