Lola de dos

Le secret de la joie et le secret du temps qui passe [ Agathe ]

Publié par Camille Plocki


Cela commence ainsi : allongés, les yeux clos, les enfants sont invités à se détendre, à laisser les pensées passer, à laisser la respiration aller librement, là où elle veut.
La musique tourne (ce sont les Variations de Bach, interprêtées par Glenn Gould), et l’histoire commence à leur être racontée.
Le départ se fait de l’école. Ils empruntent chacun, livrés à eux-mêmes, un sentier mystérieux, ombragé, tout près de l’école et qu’ils n’avaient jamais aperçu.
Ils arrivent à un croisement, se retournent, l’école est toujours visible, et devant, les broussailles. Plus haut, un écriteau illisible.
Une coccinelle d’un rouge très vif passe, ils se baissent, absorbés par sa couleur, et restent là immobiles à la contempler longuement.
Lorsqu’ils se relèvent, l’école a disparu. Ils décident d’emprunter le chemin. Après une longue marche, ils découvrent une maison très, très, haute, aux fresques sublimes, décrivant des scènes variées, garnie de matières étincelantes. Au sommet de la bâtisse, une inscription qu’ils peinent à lire. Grâce à un immense escabeau, ils y parviennent.
Ils entrent dans la maison, où tout est musique, chaque planche de parquet, chaque mûr, le robinet, la porte, tout diffuse une mélodie ou un rythme propre. Ils grimpent les escaliers, et ouvrent une porte. Dans la pièce qu’ils découvrent, se trouve le secret de la joie. Objet, situation, personne, cadeau, monde, le secret, sous la forme qui les attend, leur est adressé.
Ils referment la porte, et continuent leur marche un long, très long moment.
Ils découvrent ensuite une seconde maison. Celle-ci est cabossée, les volets claquent, les strates de couleurs des peintures passées s’écaillent, les marches trouées permettent difficilement l’accès à la porte centrale. Une inscription minuscule est là, parmi les déchets, qu’ils parviennent à lire grâce à une étrange loupe abandonnée-là.
Ils se décident à entrer, là, tout n’est que photographies et souvenirs entassées. Des horloges à l’arrêt s’accumulent aux quatre coins. La poussière empêche de voir les détails des choses.
Après plusieurs boucles au rez-de-chaussée, ils montent l’escalier, et découvrent une porte unique.
Ils entrent. Cette fois-ci, c’est le secret du temps qui passe qui leur est révélé.
Après un temps indéfinissable, ils décident de sortir, et reprennent leur route dans les broussailles, longtemps, longtemps. 
Une coccinelle leur coupe le chemin. Ils la suivent quelques secondes, et quand leurs yeux se relèvent, l’école est à nouveau visible.
Ils décident d’y retourner plein de leurs secrets.
Les enfants se lèvent, déplient leur membres, s’étirent, ouvrent les yeux.
Nous nous asseyons et formons un cercle, puis chacun raconte ce qu’il a vu dans son rêve.


Deborah : Au début j'ai vu le chemin, la coccinelle, l'école, je suis partie sur le chemin, ensuite il y avait les maisons. J'ai vu ma meilleure amie que je n'avais pas vu depuis 6 ans, elle était devenue très vieille, une adulte.

Gabin : moi j'ai vu le chemin en cailloux, et j'ai vu mon nom, il était accroché à un arbre sans feuilles, j'ai avancé, j'ai vu la maison, j'ai pensé que c'était une maison très riche, j'ai vu quelqu'un qui était riche, c'était un milliardaire, j'ai ouvert une pièce de deux euros, elle s'est cassée, et dedans, il y avait le secret pour être riche. C'était de l'arnaque !
Puis, j'ai trouvé une petite maison avec le toit tout bizarre, j'ai vu des feuilles accrochées au mûr, comme une maison abandonnée.
J'ai vu un gros flemmard dans la pièce du secret du temps qui passe, il regardait sa télé.
Après je suis reparti.

Sélénia : Je suis rentrée dans l'école, puis je suis partie par le chemin.
J'ai vu une maisonnette, quand j'ai découvert le secret de la joie, c'était un gâteau appétissant.
Dans l'autre maison, le secret du temps était dans des épinards trop bons, mais ensuite j'ai eu mal au ventre.
Quand je suis revenue, j'ai vu une coccinelle toute bleue avec des points jolis.

Melina : Quand je suis allée dans la maison, j'ai vu une coccinelle qui volait, qui avait des points noirs, toute rouge, et qui faisait n'importe quoi et cassait tout. Après j'ai mangé des carottes râpées et dedans il y avait un mot avec mon prénom. Je suis sortie j'ai claqué la porte. J'ai marché, marché, marché, jusqu'à la deuxième maison. J'ai vu un autre nom, j'ai mangé du poulet, et dans le poulet, il y avait un mot avec écrit plein de choses dessus mais je n'ai pas pu les lire.
Au retour, je suis allée à l'école, plein de gens s'étaient cachés dedans. Je les ai trouvés, et maintenant, ils ne peuvent plus se cacher.

Louane : J'ai fait le chemin, j'ai vu une coccinelle.
Je suis rentrée dans la maison, tous les musiciens jouaient, du piano, de l'accordéon, de tout.
Une fille m'a donné le secret du bonheur et m'a dit « prends en soin ».
Je suis allée dans l'autre maison, et j'ai vu mon arrière, arrière-grand père, il m'a dit qu'il m'aimait et que je devais faire passer un message à mon papi : qu'il l'aimait, et que c'était la premier fois que lui me voyait.

Lola : Elle hoche la tête. Elle préfère garder ses secrets

 

Agathe

Les Ateliers Médicis sont exceptionnellement fermés le mardi 13 décembre et du 24 décembre au 1er janvier.