atelier tempera

Ingrédients naturels

Publié par Nina Deux

Journal du projet

Où la nature nous offre ses couleurs.

Pour profiter des belles journées de cette fin de printemps, nous avons créé deux ateliers dans le but d’utiliser la richesse du monde minéral et végétal : extraction de pigments naturels et fabrication de papier.

Pour extraire les pigments, nous avons commencé par tamiser dans l’eau de la terre ramenée par Anne d'un col  de montagne voisin. Nous avons obtenu une suspension de pigments argentés créant de magnifiques volutes dans l’eau. Après l’avoir laissée décanter pour que les particules les plus lourdes se déposent au fond, nous avons soigneusement récupéré l’eau du dessus, encore chargée des pigments les plus fins. Grâce à la chaleur du mois de juin, nos bocaux emplis de pigments ont vite séché et nous avons obtenu une fine poudre, à partir de laquelle nous allons fabriquer de la peinture.

atelier tempera

Nous avons mélangé nos pigments avec du blanc d’œuf pour obtenir l’ancêtre de la gouache : la tempera ! Avec ce mélange, on a peint au doigt un paysage de montagne en noir et blanc. Peindre la montagne avec la montagne, utiliser la nature comme matériel et comme sujet, c’est un concept que j’aime beaucoup et que je trouve poétique et pratique.

J’aimerais essayer de fabriquer des encres de linogravure à partir de ces matériaux naturels, mais je n’arrive pas à obtenir la bonne consistance pour l'étaler, proche d’un miel épais, et quand je m'en approche l'encre ne sèche pas convenablement. Par contre, mes expériences m'ont permis de mettre au point une recette d'aquarelle satisfaisante :

mange montagne
Silhouette de mange-montagne découpée dans un dégradé test de l'aquarelle aux pigments locaux.

Recette de l’aquarelle aux pigments naturels :

  • 2 c. à soupe de pigments
  • 1 c. à soupe de solution de gélatine (100mL d’eau pour 2 feuilles de gélatine)
  • 1 c. à café de miel

Mélanger en écrasant avec le dos de la cuiller pour obtenir une pâte lisse ayant la consistance de la crème épaisse. Déposer dans le couvercle d’un petit pot et tapoter pour répartir le mélange. Laisser sécher au soleil. S’utilise comme de l’aquarelle ou de la peinture en pastilles.

"La Grotte des Vaudois", peinture réalisée par Lilouan avec deux couleurs d'aquarelle naturelle et du papier fabriqué lors de notre atelier.

Pour fabriquer du papier, j’ai préparé la veille plusieurs pâtes à partir de plantes poussant autour de nous : sauge des prés, plantain, achillée millefeuilles et trèfle. En les faisant longuement bouillir avec une pincée de bicarbonate pour ramollir les fibres, puis en les mixant, on obtient une soupe qu’on peut utiliser pour la fabrication d’un papier végétal. En me basant sur les résultats de mes tests, j’ai choisi d’emmener la préparation de trèfle à l’école : c’est celle qui me paraît la plus adaptée, grâce à des fibres encore longues qui se répartissent bien sur la surface du tamis.

Je montre le geste aux enfants, qui comprennent vite comment obtenir une couche fine et régulière de pulpe. On transfère ensuite celle-ci sur une gaze. Je vais presser l’ensemble pendant la nuit pour enlever le gros de l’humidité, puis laisser sécher le paquet au soleil plusieurs jours. Je sépare les feuilles avant qu’elles soient complètement sèches. Celles-ci vont se gondoler légèrement en séchant, mais la feuille sera de nouveau aplatie lorsque les élèves la rangeront dans leur cahier d’art, et elle pourra être utilisée dans des compositions artistiques comme matière texturée, pourquoi pas combinée à notre aquarelle maison ?

peinture Lilouan
"La Grotte des Vaudois", peinture réalisée par Lilouan avec deux couleurs d'aquarelle naturelle et du papier fabriqué lors de notre atelier.

Compte tenu de la situation sanitaire, l’accueil des Ateliers Médicis est fermé. +