Semaine du 12 février 2018

Semaine du 12 février 2018

Publié par Marie Orts et Lina Schlageter

Journal du projet

lecture vive, Newark de Trisha Brown, notée par Marie-Charlotte Chevalier

En février, on alterne recherche et transmission ! On prend nos marques dans le gymnase d’Egly.

On lit des partitions de notateurs Laban, on cherche des dispositifs de transmission pour les élèves, on s’étire et on danse.

Les lectures vives : la cinétographie laban est un système de transcription écrite du mouvement, par le biais d’une façon d’analyser le mouvement. Aussi l’assemblage de signes sur une portée de cinétographie (comme en musique) nous renseigne sur la qualité d’un geste, dès lors qu’on s’essaie à l’effectuer. Et par extension, cela nous renseigne sur un “style” chorégraphique.

Avec les lectures vives, nous nous proposons de nous plonger directement dans la lecture d’une partition sans se renseigner au-delà des signes, c’est-à-dire sur le contexte historique de l’oeuvre, les différentes analyses théoriques dont elle a pu faire l’objet, sur la biographie du/ de la chorégraphe, ou encore sur les pratiques techniques mises en place pour préparer les corps à danser cette oeuvre. Nous souhaitons nous plonger dans cet espace entre la reconnaissance d’un style et les incompréhensions, erreurs d’écriture ou de lecture possible que nous propose une partition. Pour étendre notre rapport à l’interprétation d’une oeuvre au-delà de ce que l’on reconnaît, dans des zones peut-être moins clairement identifiables ou assignables, voire parfois réductrices.

Otarie

Gymnase d'Egly musique : Catastrophe de Midori Takada, crédit : L'iphorts