Première arrivée

Première rencontre

Publié par Thomas Pouget

Aujourd’hui 20 décembre, première rencontre avec les enfants de Cheylade, petite commune du Cantal.

Éloignée de toute offre culturelle, cette petite bourgade ne paie pas de mine. Un Grand hôtel, un proxi, une boulangerie et bien sûr, une école, juxtaposant la mairie.

J’ai fait la rencontre de ces élèves que je suivrai pendant minimum six mois : Joy, Justine, Léa, Lilou, Camille, Mathéo, Mélyna, Alex, Bruno, Tom. 10 élèves, 10 personnalités, et 10 âges différents.

Le plus jeune a 3 ans et demi, le plus vieux a 10 ans.

Comment vais-je adapter des ateliers qui puissent autant aller aux uns qu’aux autres ?

 

Lors de la première heure de découverte, j’ai découvert leurs histoires, leurs rêves, le métier de leurs parents, ce qu’ils aimaient faire et ce qu’ils détestaient.

Je suis toujours surpris de voir que d’une question anodine, surgit régulièrement une information que je n’imaginais pas du tout et que je n’attendais pas. (Le fait que Lilou soit allée chez un orthophoniste par exemple, et qu’elle ne veuille absolument pas y retourner).

Je sens une grande complicité entre ces 10 élèves, qui se côtoient depuis parfois 5 ans.

Ils ont des surnoms ( les papy Jojo, les mémés, ...).

Ils aiment jouer des personnages et que les autres les regardent.

La base même d’une pièce de théâtre.

 

En expliquant le travail que je souhaitais mener avec eux, très vite les élèves se sont montrés partants.

 

Je pense que mes 4 semaines d’interventions se découperont comme suit :

  • découverte du théâtre, exercice et improvisation
  • Improvisation et écriture, début de lecture
  • Jeu de la pièce, répétition
  • Dernière répétition, spectacle de fin d’année

Certains ont déjà fait du théâtre, d’autres pas. Il est drôle de voir l’image qu’ils ont du théâtre. Des grandes phrases avec des intonations bien marquées. Un vieux français avec un mélange d’interrogations bien marquées.

Certaines scènes sont déjà écrites. Des disputes entre eux, des vieux, des vieilles, eux à la recherche d’une découverte...

Un enfant est décidément fascinant.

Ayant trois écoles cette année en 6 mois, je craignais le ras le bol. Mais je sais qu’avec cette classe, le plaisir sera de mise.

Par ailleurs, je souhaite dès la première semaine d’intervention inclure les parents, les institutions et le village dans ma démarche de recherche avec les enfants. Que l’on puisse nous diriger vers telle ou telle autre personne à interroger. Que le maire constate la puissance d’une politique culturelle, que les parents ne reconnaissent pas leurs enfants.

 

Il y a du travail mais je sais les élèves motivés.

Les Ateliers Médicis seront exceptionnellement fermés le jeudi 30 janvier 2020.