theil sur huisne dessin d'enfant

Métamorphose du papier

Publié par Elsa Girondin

Journal du projet

« En prenant dans sa main quelques déchets du monde, l’homme a pu en inventer un autre qui est tout de lui »

Henri Focillon, Vie des formes, Eloge de la main

Déchirer, remuer, mélanger, patouiller, presser, malaxer, étaler sont autant de gestes exercés par la main pour réaliser la pâte à papier. Dès lors, de multiples possibilités pour chacun de s’emparer de cette expérience tactile. Le faire est aussi important que l’objet final, si ce n’est plus, car il permet à chaque élève de s’éprouver et de se découvrir. L’expérience ouvre des chemins de traverses dans la connaissance et la création de soi.

 

 

La recette

 

Après avoir recueilli de l’eau dans le parc en face de l’école et déchirer du papier journal, les enfants commencent à réaliser la pâte qui leur servira à reproduire l’objet dont ils veulent se souvenir et avec lequel ils travaillent depuis janvier.

De grandes bâches bleues sont étalées dans le préau pour délimiter l’espace de travail.

La première étape consiste à essorer le mélange pour ne garder que la pulpe du papier.  Je leur donne des tissus afin de pouvoir filtrer l’eau.

Ensuite, il nous faut ajouter une colle, réalisée avec de la farine et de l’eau afin de lier la pulpe recueillie. Le pétrissage commence.

Ne reste plus qu’à ajouter des colorants naturels pour égayer la couleur grise de la pâte.

La betterave pour le rouge, le curcuma pour le jaune, la moringa pour le vert et l’hibiscus pour le bleu. Les enfants peuvent se lancer dans la création de leur forme !

 

Ces séances ont également permis aux enfants de renouer avec l’histoire de la pâte à papier qui a eu un rôle majeur pour le village au 19eme et 20 eme siècle. Le souvenir réactivé de l’usine Abadie s’inscrit ainsi dans la matière que les enfants ont crée.

Les Ateliers Médicis seront exceptionnellement fermés le jeudi 30 janvier 2020.