Tache artificiellement trouvée

Deuxième période de résidence à Pignans

Publié par Jeanne Marquis

Journal du projet

(musique d'ambiance : FEMEN de Crystal Castles)

Je donne un objectif principal à cette semaine : la fabrication de taches à profusion. Les élèves ont de la peinture qu'ils déposent, jettent, vaporisent, catapultent, font exploser, dégouliner, infuser, diluent, laissent couler. Nous essayons d'inventer ensemble des protocoles pour tacher les feuilles et créer des accidents.  Heureusement que je leur avais dit de ramener une blouse...................................................................................... (et encore !)

 

 

A la fin de la semaine, lorsque je leur propose de me raconter à l'oral ce qu'ils voient devant une tache, Valentin me dira :

"Il n'a qu'un seul oeil. C'est une sorte d'animal très bizarre. Il crache de la boue, il aime l'encre, et peut parfois en boire. Il est ami avec les hippopotames, mais est beaucoup plus fin. Il sait écarter ses pieds. Il nage dans un océan d'étoiles, mais par contre dans l'eau il marche. Et sur Terre il doit faire des roulades pour avancer."

 

Emma, quant a elle, nous donnera juste l'essentiel des informations :

"C'est une tache qui crache des chaises. Son objet préféré c'est les tasses."

J'ai l'impression que toutes les histoires qu'ils racontent, même les plus courtes, sont des pépites qui mériteraient d'être connues par le monde entier. Je me régale. Je quitte Pignans avec la sensation d'avoir rencontré des poètes innés et j'ai une mission pour la prochaine fois : revenir absolument avec un enregistreur son pour garder toutes ces traces...

Protocole pour faire surgir de nouvelles taches - performance filmée
(photos de Léa Nicod et Hugo Blandel)
Cracheurs de chaises et buveurs d'encre

Compte tenu de la situation sanitaire, l’accueil des Ateliers Médicis est fermé.