photo Dives dives

Retour sur 6 mois de co-création

Publié par Aurore Madeleine

Journal du projet

Le 4 juillet dernier nous avons finalisé l'année de résidence à l'école primaire de Fénery par une prestation finale avec les enfants. Ainsi, nous avons pu montrer le spectacle en création "Dives dives" tel qu'il est aujourd'hui, avec la participation des enfants. 

Certains ont pu montrer leur capacité à parler en public en récitant des haïkus, d'autres leurs capacités d'écoute lors de la réalisation des paysages sonores sur scène avec les instruments fabriqués tous ensemble. D'autres enfants encore ont pu s'initier à la manipulation de marionnettes avec le théâtre d'ombre. 

Tout les exercices d'écoute et jeux théâtraux faits ensemble pour prendre conscience de son propre espace sur scène et celui des autres ont été bénéfiques et ont permis un travail de groupe de belle qualité.  Nous remercions tous les élèves de la classe de CM de Fénery ainsi que leur enseignante pour leur investissement tant dans le spectacle le 4 juillet que dans leurs propositions créatives tout au long de l'année. 

Voici ci-dessous un bilan de ces 6 mois de création en résidence à l'école.

Photo Dives dives
Les enfants de Fénery jouant des instruments inouïs et récitant les haïkus qu'ils ont créés (deuxième tableau du spectacle)

La création du spectacle Dives dives aujourd'hui

Le spectacle "Dives dives" est aujourd'hui sous une forme en 4 tableaux : l'un représentant l'enfermement des oiseaux, ce que l'on ne voit pas, ce qui est mystérieux et caché. Le deuxième, évoquant le cycle du jour et de la nuit et les sons de la nature, milieu où évoluent des oiseaux libres (tableau dans lequel il n'y a que des paysages sonores avec instruments inouïs, bande et haïkus). Le troisième évoque la notion de liberté à travers le voyage avec des pièces musicales de différents pays. Le quatrième et dernier, très inspiré de la culture japonaise mettait en scène tous les enfants dans différents personnages théâtraux pour introduire la dernière pièce musicale jouée, d'un compositeur japonais (Fuzzy bird sonata de Takashi Yoshimatsu).

Les différentes étapes de création au cours des 6 mois de résidence

Avant la résidence, de Juillet 2018 à Décembre 2018 : Conceptualisation du projet de spectacle « Dives dives » et de sa trame. Nous avons recherché et choisi le répertoire musical, fait une recherche approfondie sur l'écriture des haïkus pour maîtriser cette pratique.

 

Janvier 2019 : Enregistrement de sons bruts de la nature, écriture de haïkus et étude de ce type de poème s'inspirant des sons enregistrés.

 

Février : Création des bandes sonores à partir des sons bruts (montage), écriture de haïkus en co-création avec les enfants de la classe de Fénery, recherche sonore en vue de la fabrication d'instruments. Arrangement par Aurore Madeleine de la pièce musicale « Little bird » d'Edward Grieg pour saxophone et piano.

 

Mars : construction de la machine à imiter le bruit du vent (éoliphone) par Etienne Guignier tout le long du mois. Cette machine rejoindra l'orchestre des instruments inouïs (conserves-gongs, poignée-à-pluie avec des bouteilles plastiques...) que nous avons fabriqué ce mois ci également.

 

Avril : Recherche autour de la mise en espace et en scène du spectacle, en y intégrant les enfants. Première distribution concernant les instruments pour chaque enfant, travail autour des transitions du spectacle. 

 

Mai : Fabrication du théâtre d'ombre avec des essais et manipulation des marionnettes avec les enfants. Fabrication des décors pour le théâtre d'ombre et des marionnettes. Sessions de mise en scène pour les différents tableaux et travail des parties théâtrales (dirigé par Aurore Madeleine). Premières répétitions avec tous les éléments du spectacle (instruments, théâtre, poésies..)

 

Juin : travail autour de la mise en scène, recherche concernant les accessoires et les costumes, pour les enfants et pour nous. Répétitions du programme musical, des textes, des déplacements et réflexion sur la mise en lumière.

 

Juillet : Répétitions générales, installation d'une scène et restitution publique de la création en cours.

 

Septembre 2018 à Juillet 2019 : recherche autour du répertoire musical et répétitions hebdomadaires du duo Quiscäles.

 

photo Dives dives
Théâtre d'ombre et les enfants récitant les haïkus qu'ils ont créé.

Conséquence de la création du spectacle sur le territoire d'implantation

Étant donné la thématique de notre spectacle, nous nous sommes axés autour de la création à partir l'écoute des sons qui nous entoure et en particulier ceux de la nature. La situation géographique de Fénery entre Parthenay, des champs agricoles et la forêt, nous a beaucoup inspiré. Les enfants nous ont également beaucoup apporté d'idées, car ils étaient très sensibles au thématiques proposés : l'inspiration pour l'écriture des haïkus (poème évoquant principalement la nature et les sensations que celle ci amène) a été très présente pour la plupart d'entre eux, qui ont l'habitude côtoyer la nature tous les jours.

Cela nous a permis de développer notre activité artistique dans un département dans lequel nous souhaitons nous implanter. En cela, nous pouvons continuer à développer notre projet dans le département voir dans la région sur le plus long terme. 

 

Afin de faire connaître le projet au niveau de la communauté de communes de Parthenay, nous avons fait appel aux journalistes locaux, pour rendre le plus visible possible l’événement de fin de résidence et ce qui se passait à l'école de Fénery. Nous avons également fait connaître l’événement aux différents acteurs culturels locaux du département, notamment auprès des conservatoires de Parthenay, Thouars, et du conservatoire de Bressuire. Nous avons également fait la rencontre de compagnies et d'associations locales tel que le CARUG, ou la compagnie CARNA.

Partant de ce réseau, nous allons continuer à faire connaître le projet de spectacle via les réseaux sociaux.

photo Dives dives
Une séance autour des instruments inouïs.

Dialogue et relation avec l'équipe enseignante et les élèves

L'équipe enseignante a été très réceptive et ouverte dans le dialogue concernant l'avancement de la recherche et le processus de co-création avec les élèves. L'enseignante de la classe où nous intervenions a été très respectueuse, bienveillante et à l'écoute concernant le projet que nous proposions. Elle nous a laissé beaucoup de liberté dans nos interactions avec les enfants, tant pédagogiquement qu'artistiquement. La pluridisciplinarité des activités en co-création que nous proposions (écriture d'haïkus, fabrication d'instruments, manipulation de marionnette, travail sur l'écoute de l'autre, de soi, la réalisation musicale avec les instruments, expérience scénique…) a permis de nourrir et d'apporter des compléments intéressants au programme prévu dans l'année avec l'enseignante. Nous avons également pu partager des moments artistiques avec les autres classes lors de deux journées spécifiques et dédiées à la présentation de l'avancement de la création.

 

Au début de la résidence, les élèves étaient un peu déroutés par l'explication du spectacle que nous leur avions fournie. Étant en création, le processus et les différentes étapes n'étaient pas encore très claires pour nous donc encore moins pour eux. L'objectif n'était pas qu'ils comprennent tout de suite ce qui allait se passer, car nous voulions qu'ils créent et découvrent avec nous ou soient parfois comme spectateurs "actifs" de nos moments de recherche et création, moments dans lesquels le doute est parfois présent.

Nous avons pu effectuer un questionnaire pendant la résidence pour recueillir leur perception du projet. Beaucoup ont exprimé la notion du plaisir de créer des instruments ou des textes "tous ensemble", ou "en s'entraidant".

photo Dives dives
Une image du quatrième et dernier tableau du spectacle

Articulation des temps de création et de transmission

Selon le temps que nous avions, et selon le type de recherche et création, nous avons articulé de différentes manières les moments de transmissions.

Concernant l'écriture des haïkus, cela s'est présenté comme une création simultanée : nous avons fait plusieurs ateliers d'écriture dans lequel Aurore Madeleine et les élèves écrivaient simultanément, avec des temps de présentation et de correction.

Pour l'enregistrement des sons, cela s'est présenté davantage comme une expérience à vivre (écoute attentive des sons qui nous entourent). Nous avons gardé quelques sons enregistrés par les enfants, et nous avons aussi utilisé les sons enregistrés en dehors des temps de transmissions.

 

Concernant les œuvres musicales que nous jouions, les enfants étaient à ce moment là spectateurs. Nous avons pu effectuer des écoutes actives. Nous avons ensuite pris des temps pour jouer de la musique avec eux via les instruments inouïs et leur manipulation.

 

Pour le théâtre d'ombre, nous l'avons entièrement créé nous même et sans les enfants, faute de temps, car la pratique musicale et de mise en scène avec les enfants a été plus longue que ce que nous avions prévu au départ.

Cependant ils se sont exercés à manipuler les marionnettes pour la restitution. 

 

Lors de la création, nous avons pensé constamment le spectacle en établissant un lien avec les enfants et en réfléchissant à ce que nous pouvions leur transmettre aux différentes étapes. Nous devions penser à cela tout en gardant en tête l'étape future qui sera de transposer le spectacle sans l'intervention d'enfants.

Cette expérience leur a permis une réelle expérience scénique et de création.

Et la suite?

La création a donc beaucoup avancé à l'issu de la résidence, mais cela n'est pas encore terminé pour nous. Nous allons adapter le spectacle afin qu'il puisse être joué sans une classe d'enfants. Nous avons déjà imaginé la forme que cela prendra, mais nous prévoyons encore quelques sessions de travail pour aboutir à cela. Nous pensons également garder la forme du spectacle avec des enfants, car l'objectif est de pouvoir proposer par la suite les deux formules.

Le projet va également évoluer du point de vue de la précision narrative du spectacle. Nous allons encore plus d'homogénéité entre les différentes histoires et messages que fait passer "Dives dives", spectacle évoquant le lien entre les Hommes et les oiseaux et amenant une réflexion personnelle sur la notion de liberté. 

Enfin, la fabrication d'un piano inouï réunissant les différents instruments inouïs fabriqués est également une des prochaines étapes.

photo Dives dives
Salut final et théâtre d'ombre.

Compte tenu de la situation sanitaire, l’accueil des Ateliers Médicis est fermé.