On filme, on projette, on en parle

On filme, on projette, on en parle

Publié par Marina Takami et Juliana Villela De Andrade

Journal du projet

Le 16 avril

à mi-chemin

Le paysage s'habille en vert désormais. Il fait frais. C'est le petit matin. On part vers la Meurthe. Dans les sacs, toujours nombreux, on a mis une sélection des vidéos réalisées par les enfants. On a préparé pour ce jour deux séances de projection. On a invité les parents et l'ensemble de l'École. On va leur montrer ce que la classe de CM1 / CM2 fabrique tous les mercredis matin avec nous.

Les enfants sont fiers des images. Une aventure sur l'île Maurice, un crapaud bleu qui saute sur la terre séchée, une image de la fin du monde avec des manchots et tortues qui tombent ensemble, la beauté des corails... Des nombreuses idées, toutes sorties des têtes des élèves.

On est à peu près à mi-chemin de la fin de la résidence. Toute l'École primaire est passée nous voir accompagnée des enseignants. La « caméra-serpent » surgit d'un commentaire. Le soleil gelé d'un autre. On est très contentes. On remercie toutes et tous de leur présence.

Séance de projection à l'École Jacques Prévert

Des mots qui nous incitent :

"Le maître pointe alors son doigt sur la photo du Président :

- Et lui alors ?... hurle le maître. Qui c'est, lui ?... Hein ?...

Ernesto regarde attentivement derrière ses lunettes mais il se trompe et voit le Noir :

- C'est un bonhomme, dit-il.

- Et ça ? ... supplie la mère en montrant le papillon orange et bleu épinglé dans sa boîte vitrée, Ernestino, dis ce que c'est. Au moins ça.

- Un crime, répond Ernesto. C'est un crime !"

(Marguerite Duras. Ah ! Ernesto. 1971)