Filleule et marraine réunies, à l'occasion du vernissage de "Display This Play". Cité Internationale des Arts de Paris, le 4 juillet 2017.

Entretien avec Valérie Mréjen

Publié par France Manoush Sahatdjian

Journal du projet

Cet entretien fut réalisé le 1er juillet 2017 à Paris.

> "Création en Cours", que revêtent ces mots à tes yeux ? La traduction de l’expression en anglais, plus courante, Work in progress. L’idée que c’est plutôt un temps pour expérimenter, qu’on est encore assez proche de l’école. Le plus important n’est pas le résultat mais le cheminement, la mise en place de stratégies. Sinon, cela pourrait être un petit panneau qu’on mettrait sur la porte pour ne pas déranger, « do not disturb ».     > Pourquoi as-tu accepté d'être ma marraine ? Par sympathie pour toi et parce qu’il m’a semblé que ce projet avec des enfants s’inscrivait assez naturellement dans le prolongement de ce tournage de La Peau de l’ours sur lequel tu avais travaillé en tant que stagiaire. Et ce que j’avais pu voir de ton travail, par envois successifs, m’a donné envie d’en voir plus. D’une manière générale, je pense qu’il faut encourager les jeunes artistes (!) Le regard bienveillant de ses pairs est important. J’ai gardé une certaine reconnaissance envers les commissaires ou artistes qui m’ont fait confiance au début, donc je trouve que c’est bien de faire pareil. Et se confronter à des enfants est une très bonne idée car cela ouvre sur d’autres regards, surtout en sortant d’une école d’art. Les enfants sont sans filtre, ils disent les choses telles qu’ils les ressentent et peuvent parfois poser des questions brutes telles que « pourquoi faites vous ça? ». Le genre de question essentielle qu’on ne se pose plus forcément, en tout cas en ces termes.   > "Qu'est-ce que que vous avez vous ici, qu'ils n'ont pas eux là-bas ?" * Je trouve très intéressante la façon dont tu as su parler de cette question avec les enfants. Il est vrai que cette volonté (bonne volonté) des institutions à vouloir introduire de la culture au près des milieux moins acquis à elle est parfois très maladroitement formulée par des gens qui pensent bien faire en toute bonne foi, ou pensent avant tout à leur promotion en politique et n’ont pas de vision ni de vraies convictions. Ce sont des gens qui n’iraient jamais sur le terrain (sauf avec caméras) et ne voient même pas le problème de ce genre de petites phrases. Qui ont donc, malgré leurs envie de démocratisation, d’énormes préjugés. Toutes ces questions sont délicates car il y a quand même du positif dans tout cela…et je trouve bien que les enfants soient amenés à s’interroger là-dessus. D’une manière générale, le système scolaire amène peu les jeunes élèves à réfléchir aux décisions liées à l’éducation, à critiquer, à émettre un avis. C’est bien de leur avoir donné la parole et leur avoir proposé de dessiner, écrire, lire leurs lettres…car on sent aussi que cela les a amusés, qu’on n’est pas non plus dans un « espace de revendication » (!) En plus, je ne connais pas la tour Zizim, mais je suis sûre qu’elle vaut le détour.  " * Question formulée de manière sciemment vague, posée aux enfants au terme de la deuxième semaine de recherche. Ils furent amenés à y réfléchir durant deux mois, à l'issue desquels chaque chercheur produisit une lettre adressée à la Ministre de l'Education Nationale.  

Les prémisses.

J'ai fait la connaissance de Valérie Mréjen en 2012 à Paris. Ce fut une très belle rencontre. J'étais alors stagiaire sous la tutelle de la chef de projet Catherine Boireau, au sein du département Public Jeunes. Nous avons travaillé autour du langage, du sens, des expressions en filmant des enfants pendant plusieurs jours. Outre la très grande estime que je porte pour le travail de Valérie Mréjen -autant que pour sa personne-, il me semblait que dans le cadre de "Création en Cours", lui demander ainsi d'être ma marraine faisait sens de manière pertinente et juste, en plus de très joliment faire écho à notre toute première rencontre.   Liens : http://valeriemrejen.com/folio/ https://www.centrepompidou.fr/cpv/resource/cyjzRX9/rbqMrE9

Copyright
Copyright
Copyright
Copyright
Thème(s)
Corps et geste

Compte tenu de la situation sanitaire, l’accueil des Ateliers Médicis est fermé. +