concentration avant le spectacle

Dernière ligne droite pour les enfants !

Publié par Louise Morel

Durant notre dernière semaine de travail, nous n'avions pas oublié les enfants !
Difficile, quand nous vivions au dessus de l'école et que nous les voyions tout au long de la journée.
Le vendredi 14 juin, nous nous sommes consacrés à eux. Les fois précédentes, le temps de répétition de chaque scène était chaque fois précipité, difficile à gérer pour eux, pour nous, et nous ne pouvions pas aller en profondeur et en précision dans les choses.
Nous avons donc convenu de prendre les groupes les uns après les autres, et de travailler une heure avec chacun.
Ce qui restait court, mais qui a bien porté ses fruits.
Non seulement nous pouvions être plus attentifs à chaque enfant, mais aussi entièrement disponibles pour leur scène. Le but était qu'elle grandisse le mieux possible. À ce stade, toutes les histoires, pratiquement, étaient achevées. Il fallait les répéter plusieurs fois pour que chacun gagne de l'assurance, pour fluidifier les actions, mais aussi le lien avec la lumière, les transitions, etc.

Nous entamions chaque heure par de courts échauffements : étirements, exercices d'articulation et de respiration. Puis nous reprenions la scène jusqu'à ce que ça bloque, et réglions le problème, puis continuions. Quand tout était bon, nous enchaînions la scène dans son entier, autant de fois que possible.
Il fallait réussir à concentrer chacun pour optimiser le temps que nous avions ensemble, leur faire comprendre l'importance de s'écouter les uns les autres, quand bien même ce qu'on fait est excitant et hors du cadre habituel. Chaque groupe a trouvé ses repères, ses marques, chaque enfant a fait sa place et à force de répétition, a réussi à l'assumer et à s'y trouver bien, de ce que j'ai pu en voir.
Nous avons conclu la journée, et donc la semaine, sur un jeu, tous ensemble dans la cour. Rien de tel que de se mettre dans la peau d'un ninja pour entamer le week-end avec entrain et dynamisme ! Et avec le sourire :-)

Le mardi suivant, nous avons commencé la journée par une heure d'échange, tous ensemble, autour du spectacle de la veille. Les enfants avaient beaucoup de choses à nous dire, ce qu'ils n'avaient pas compris, des questions sur les personnages, des questions sur des effets de lumière, des questions sur le son, sur l'histoire... Ils étaient nombreux à avoir des choses à dire, et une chose était certaine, c'est qu'ils avaient pleinement vécu l'aventure du spectacle avec nous, et que nous la poursuivions ensemble ce matin là. Ils ont partagé avec nous ce qui les avait fait rire, ce qui les rendait sceptiques, et toutes ces émotions qu'ils avaient ressenties pendant la représentation. Quel cadeau, pour nous.
Puisque notre structure scénique était à présent dans la salle des fêtes... elle y resterait pour que les enfants puissent jouer dans des conditions professionnelles ! Et cela les a gonflés d'enthousiasme. Nous leur avons montré, à l'issu de cette heure, un peu du matériel qui restait encore derrière, et qui les a émerveillé. (Je les ai également pris en photo, afin d'avoir un souvenir, mais il faudra attendre que la pellicule ne soit développée pour la voir.)

Tout au long de la journée, nous avons continué à leur répéter les consignes de sécurité pour circuler autour de la structure. Nous avons établi le même programme que le vendredi précédent : chaque groupe aurait une heure de travail dans la journée, dans l'ordre que nous avions déterminé, le vendredi soir, qui serait l'ordre de la représentation du jeudi 20.
Les textes étaient de mieux en mieux sus, le déroulement des actions s'ancrait peu à peu dans les mémoires, et nous leur proposions à présent d'ajouter un, ou deux effets sonores, si quelque chose leur paraissait faisable, et important. Tout s'étoffait, et nous arrivions en vue du jour J !

test ombres oreilles de loup

 

Le mercredi, nous étions en repos. Nous avons donc pris notre temps, mais en avons également profité pour peaufiner les accessoires des enfants qui en avaient besoin. Ici, l'ombre de Salomé qui teste... les oreilles de loup !

Jour J !!

Et le jour tant attendu est arrivé.
Sur le même modèle que les précédentes séances, nous avons travaillé toute la journée, en prenant un petit peu moins de temps avec les groupes qui étaient prêts et en nous attardant davantage pour aider ceux qui en avaient le plus besoin. Même Gisèle, la cantinière, qui suivait les scènes des enfants depuis le début puisque nous travaillions dans la salle des fêtes/cantine, n'hésitait pas à les encourager, à sa façon. "Alors, juste pour prévenir, là je vais faire du bruit parce qu'il faut que je fasse ma purée. Donc il faut que vous parliez plus fort si vous voulez qu'on vous entende. Ce soir, imaginez que je fais ma purée."
L'ambiance était bon enfant, et nous essayions du mieux que nous pouvions de préparer les enfants au spectacle, tout en calmant leur stress, exprimé par chacun différemment.
Mais aucune grosse crise de panique, jusqu'au dernier moment, n'a handicapé l'avancée des répétitions ou le déroulement de la présentation, et en cela, toute la classe est championne !

Vers 16h, nous avons fait une répétition générale, dans les conditions du spectacle. Nous avons enchaîné toutes les scènes, dans le bon ordre, sans s'arrêter, et chaque groupe a dû se placer dans la salle comme il se placerait le soir. Nous avions organisé un roulement pour que les choses s'enchaînent de façon fluide et que chacun soit accompagné tout au long de la soirée par sa référente (chaque groupe ayant "une assistante régisseuse", référente en cas de problème).

Après cela, une bonne pause goûter leur a été octroyée, avant de se regrouper tous ensemble pour l'échauffement et les exercices de concentration (photo en tête d'article) avant d'aller tout mettre en place. C'est le genre de moment fédérateur qui soude une équipe et qui est très important pour chacun, individuellement.

La présentation des scènes a débuté à 18h30.

   Les mémés (Axelle, Elfie, Élina, Lucile et Maëlys)
Initialement des copines de l'âge des enfants, devenues en cours de travail de très vieilles copines avec de forts accents du sud. Ce groupe de filles jouant à "trois petits chats" commence à se questionner sur les couleurs préférées des unes et des autres. Toutes sont pour le rose, sauf Jacqueline, qui préfère le bleu. "C'est une couleur de garçon !" lui rétorque-t-on. Elle tient tête et est finalement exclue du groupe. C'est alors qu'elle retombe sur Michèle, une autre copine qui n'aime pas trop le groupe, mais elles se connaissent depuis l'école maternelle, et la nouvelle venue rassure Jacqueline : "Tu vas voir, elles vont revenir vers toi, elles faisaient déjà ça à la maternelle !" Alors qu'elle part faire ses courses, elle croise le groupe et s'énerve tout de même contre elles pour avoir fait pleurer leur amie. Les autres l'ignorent un peu, puis proposent un soda à Jacqueline... avant de se rendre compte qu'elle n'est plus là, et qu'elles ont été un peu dures avec elle. Elles décident d'aller la chercher, tout le monde s'excuse, et ensemble, Michèle comprise, elles concluent que le violet, mélange du rose et du bleu, c'est quand même plutôt joli !

(vidéo à venir)

   Annabelle 3 (Neïla, Tommy, Mathilde, Antonin et Paulin)
S'ennuyant en boîte de nuit, Alice force son groupe de copains à partir alors qu'ils veulent rester danser. Malheureusement il est très tard et ils ratent le dernier train. Ils décident alors d'aller chez So, l'un des garçons du groupe, qui n'habite pas loin. N'arrivant pas à ouvrir la porte, ils passent par la fenêtre et se retrouvent dans la chambre de la mère de So. Alors que So, Lilas et Ichyki décident d'aller boire un coup à la cave, Alice, obnubilée par une poupée trouvée dans un coin, la leur montre alors qu'ils la trouvent tous laide, puis elle s'effondre tout à coup... et se relève, menaçante, un couteau à la main. Elle est possédée par la poupée ! Alors que Lilas court se cacher, So se retrouve avec le couteau planté dans le corps par Alice, devenue effrayante. Ichyki passe alors à l'action pour porter un coup à Alice, et la rendre inconsciente, pendant que Lilas détruit la poupée, mettant un terme au maléfice. Mais c'est trop tard. Quand Alice se réveille, elle a tout oublié, et ses deux amis essayent de lui cacher ce qu'elle a fait, en vain... Tous trois, désespérés, pleurent autour du corps sans vie de So.

(vidéo à venir)

   Un Loup-Garou au château (Coralie, Laureline, Matys et Violette)
Dans ce château, rien ne va. La princesse est incapable de marcher avec des talons, elle déteste le chevalier, qui lui n'a aucun courage, quant aux servantes, l'une ne sait pas cuisiner, et l'autre ne supporte pas les tabliers. Une nuit, de drôles de bruits se font entendre dans le château, et la princesse constate que l'une des servantes, Melba, n'est pas dans son lit. Pensant qu'elle s'est levée pour boire, elle va se recoucher sans inquiétude. Le lendemain matin, l'autre servante constate les dégâts dans le couloir  et s'affole : partout, traces de griffes, touffes de poils et canine d'humain sur le sol. Melba, quant à elle a l'air bien fatiguée et... a perdu une dent ! Tout le monde se questionne, en vain.
La nuit suivante, la seconde servante constate que la dent est devenue une dent de loup, et lorsqu'elle le montre aux autres, un terrible hurlement retentit. Ils se réfugient dans la chambre du chevalier mais là, horreur, parmi les nombreuses peluches se cache un véritable loup ! Une course poursuite s'engage entre lui et le chevalier, avant que loup ne tombe dans les pommes : surprise, c'était Melba ! La seconde assistante s'empresse d'aller chez Merlin l'enchanteur, chercher une potion qui guérira Melba, tout en lui faisant oublier ces terribles événements !

(vidéo à venir)

   Bulletin météo : avis de tempête (Basile, Loïs, Lohane et Nolan)
Monsieur Louis Chocapic est un présentateur exemplaire, qui annonce avec une rare clarté les températures sur l'ensemble du territoire français. Mais le jour où il invite Monsieur Thierry, 125 ans, de Marseille, puis Monsieur Dugland, 21 ans, de Paris, à parler chacun de la météo dans leur ville, une défaite de l'OM face au PSG provoque une bagarre pour le moins burlesque, contraignant l'interruption du programme pour une coupure publicitaire, nous exposant les bienfaits d'un dentifrice et d'un shampoing.
Lorsque l'émission reprend, Mme Jacky Fripouille, de Bordeaux, vient parler de la météo chez elle. Quand soudain, Breaking News ! Monsieur Chocapic débarque, affolé sur le plateau, annonçant que la Corse a été recouverte par une vague de nutella, faisant de nombreuses victimes, ainsi que nombre de réfugiés devant être accueillis en métropole. Tous les invités reviennent sur le plateau, affolés eux aussi, et face à l'adversité, réalisant l'absurdité de leur dispute, décident de se réconcilier afin de finir ensemble dans une accolade fraternelle !

(vidéo à venir)

   Papy et Mamie Traillette (Titouan, Fanny, Maëlys, Marylou et Rose-Naïs)
Papy et Mamie Traillette en veulent à mort au Roi du Royaume, qui a tué leur fille à cause d'un vol qu'elle avait commis. Ils aimeraient se venger, mais la fille du roi se pique le doigt sur un fuseau et s'endort pour cent ans. Pendant ce temps, Papy et Mamie Traillette font la fête, et cent ans plus tard, ils dansent toujours. Ils ont un peu perdu l'ouïe, mais pas leur désir de vengeance.
Sous l'aspect de pauvres petits vieux inoffensifs, ils se rendent chez la Belle au bois dormant. Celle-ci, qui se réveille à peine, ne se rend absolument pas compte qu'elle a dormi durant tant d'années. Elle leur propose d'abord du thé, mais aucune servante ne vient. Quand elle veut y aller elle-même, les deux compères l'attaquent. Elle appelle alors ses gardes, mais encore une fois personne ne vient. Affolée, elle ne cesse d'appeler à l'aide. 
Au fin fond de la forêt, Loulou le loup entend son appel et court jusqu'au château. Là, il bat sans peine Papy, puis Mamie Traillette, qui perdent leurs lunettes dans la mêlée. Rassurée, la Belle au bois dormant jure une amitié sincère et éternelle à Loulou, et ils partent ensemble. Quant à Papy et Mamie, ils s'achèvent eux-même en tentant de se relever, se disputant, puis se mettant mutuellement d'énormes coups de cannes. 

(vidéo à venir)


À la fin de ces scènes, des applaudissements nourris et mérités ont récompensé le travail des enfants. Ils sont restés concentrés tout au long de la présentation, ont su gérer leur stresse, et ont pensé à tout ce qui leur avait été dit pendant le travail : bien se positionner, faire attention à la lumière, porter la voix, prendre son temps... nous avions de quoi être fières de ce superbes groupes d'artistes en herbe !

La soirée s'est conclue très agréablement par un apéritif à l'extérieur, dans la douceur de ce mois de juin. Plusieurs de leurs parents, en partant, nous ont dit "Merci pour les enfants" en souriant. Voilà la meilleure des récompenses.

 

(ci après, le lien vers l'article de la Dépêche)

https://www.ladepeche.fr/2019/06/29/spectacle-de-fin-dannee-a-lecole,8285628.php?fbclid=IwAR24hsc1b1_mxqO_d9uMnOXrVorGjubYt56PD7ol2Ij91JZTjpIfklpjzPI

Les Ateliers Médicis sont fermés du 31 juillet au 22 août.