Lucien Bitaux

Lucien Bitaux

Lucien Bitaux est diplômé de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs en graphisme et y a inventé la Scoposcopie, une discipline cherchant à voir et représenter les dimensions imperceptibles, les choses invisibles à l’œil nu.

Pour étudier ces questions, il suit des cours d’astronomie à l’observatoire de Paris et rédige son mémoire, Le Cosmodrome, autour des problématiques que soulèvent les visuels cosmiques, avec l’appui de l’astronome spécialiste des galaxies Chantal Balkowski. Il poursuit ce travail sur le visible lors d’une résidence à la Cité internationale des Arts et au Fresnoy, studio national des arts contemporains. Il y réalise alors le projet Les Liminaux, métamorphose de l’être en sa vision.
Dans ce contexte, il échange avec de nombreux artistes travaillant sur les questions du pouvoir des images et des protocoles photographiques, notamment avec Valérie Jouve et Joan Fontcuberta.

Naïvement, Lucien cherche d’autres façons de capturer et de montrer le réel. Cette démarche expérimentale et visuelle s’appuie sur la fabrication de ses propres instruments. Son protocole de travail s’approche de celui d’un laboratoire scientifique : il fabrique des appareils de visualisations, ensuite une production d’imageries est engagée avec ces outils bricolés, puis il expose ces résultats dans des dispositifs d’installation particuliers. La photographie, la captation par le biais d’optiques et la projection lumineuse incarnent ses médiums de prédilection.

En 2020, il commence un doctorat en création artistique codirigé par Nathalie Delbard, professeure des universités et Melik Ohanian, artiste plasticien contemporain, en partenariat avec le Fresnoy et l’Université de Lille. Cette thèse au sujet de la représentation des dimensions imperceptibles est intitulée Les imageries exploratoires — une mise en regard des visualisations astronomiques et des pratiques photographiques expérimentales.
Ce va-et-vient entre arts et sciences se concrétise lors de projets de résidences, comme celle organisée par le KIKK festival à Namur (Belgique) en 2021. Lucien avait ainsi accès l’Observatoire astronomique de l’université pour développer un projet autour de la vision hyperspectrale, c’est-à-dire les représentations totales et absolues, dans toutes les longueurs d’onde, des objets cosmiques. Ainsi, dans ses travaux plastiques et théoriques, Lucien Bitaux bricole la perception et interroge les images appareillées pour y déceler des visibilités.

Projets de Lucien Bitaux