Amélie Durand, Ateliers médicis, ateliers d'écriture, Mayotte
Julia Durand

Amélie Durand

Actualité de l'artiste

La Femelle du Requin n°51

Publication dans le cahier Fictions

 

 

 

 

 

Amélie Durand écrit pour explorer les mondes possibles, la disparition, la magie, les images manquantes, la rencontre, le déplacement. Soucieuse d'une création vivante qui s'inscrive dans des rapports sociaux, elle écrit des textes qui la font rire toute seule et qui, parfois, trouvent aussi leurs lecteurs. Elle espère que le caractère enjoué de sa pratique littéraire donne un sens plus profond aux manifestations d’empathie et à toutes les formes de partage. 

Elle adore l'argot et les pseudonymes.

 

-------

 

P U B L I C A T I O N S

 

On peut lire ses textes dans diverses revues. Elle a également eu l'occasion de lire certains textes à voix haute à la Maison de la Poésie, à Paris.

Elle a participé, avec Olivia Rosenthal, Dorcy Rugamba et douze autres jeunes artistes rwandais et européens, aux Ateliers de la Mémoire à Kigali. Leur création a donné lieu à des lectures sur diverses scènes entre 2015 et 2018 - à Paris, Kigali, Bruxelles, Avignon - et à différentes mises en musique, par Nirere Shanel, Samuel Kamanzi et Gaël Faye. 

Elle écrit et crée seule, mais aussi en collaboration.

Elle est ainsi l'autrice, avec Elio Possoz, d'un récit fantastique à choix multiple qui donne à rire (pensent-elles) et à questionner les stéréotypes de genre et les codes de la rencontre amoureuse (espèrent-elles). Elles ont pu le lire ensemble, accompagnées par différents musiciens - selon les villes -, notamment au théâtre de l'Ogresse (Paris), à la Cave Poésie (Toulouse) et sur les ondes. Cette épopée mélancolique est signée du mystérieux hétéronyme de Pinchard et Pinchart.

On a pu voir son travail Les oeuvres de mort, prises au hasard, se passent de commentaires exposé sur le site des Archives Nationales en 2015. Il s'agissait d'une création à quatre mains avec l'artiste Ioanna Néofytou, sur la base d'un corpus d'archives datant des trente premiers jours de la Grande Guerre.

Elle a élaboré, avec Marie Willaime, une réflexion théorique sur la pratique de l'écriture en collaboration, notamment par le biais d'une communication à deux voix intitulée Écrire à quatre mains : prendre l'autre comme table d'écriture, lors du colloque Transitions des arts, transitions esthétiques, processus de subjectivation et des-croissances, qui s'est tenu en 2015 à l'Institut National d'Histoire de l'Art, à Paris. 

Elle fut, à l'occasion, catcheuse littéraire à l'EISPI sous le terrifiant cryptonyme de Virginia Werewoolf

Enfin elle écrit des textes de science-fiction avec sa soeur Julia Durand, sous le nom de Sisters Fox - en hommage aux sœurs Fox, arnaqueuses et spirites britanniques de toute première bourre.

 

 

 

Projets de Amélie Durand

Journal du projet 18 juin 2019 Projet La nuit, tu es De Amélie Durand