Février, école primaire de Jallans - se faire signe

Publié par Lou Simon

Journal du projet
Danse Marionnettes Théâtre Langue des signes scénique

On arrive au coeur de l'hiver à Jallans, dans la classe de Sandrine. Ils sont onze élèves de CE2, CM1 et CM2 : on se dit qu'on a beaucoup de chance d'être là.

Les présentations faites, on commence à créer les outils pour se parler dans le silence. Chacun trouve son nom-signe, et apprend à exprimer ses émotions par des gestes. On jongle entre la langue des signes française et des signes qu'on crée de toute pièce. Première approche de la main-marionnette, aussi : tout exprimer avec nos mains et notre corps, est-ce possible?

Les mains ont-elles une intelligence? Qu'est-ce que l'intelligence? Nous sommes là pour mener l'enquête. Notre ami le cerveau est donc très vite de la partie, et nous demandons aux enfants à quoi il sert. Ils ont beaucoup répondu qu'il sert à faire des maths, mais aussi :

"le cerveau c'est dégoutant" Enzo, 8 ans

"le cerveau c'est comme s'il y avait quelqu'un d'autre à l'intérieur de nous" Raphaël, 10 ans

"le cerveau c'est comme si c'était notre graine" Aylin, 8 ans

Toutes les discussions amènent une tripotée de questions, auxquelles Anne Lise Bohec, neurologue, et Sandrine, nous aident à répondre. On entend parler de leurs grands parents qui sont atteints d'Alzheimer, on tente de trouver ensemble des définitions collectives à partir de leurs expériences et de leur imaginaire. Ils nous racontent leurs rêves et leurs cauchemars les plus marquants, ils explorent les nuances entre les différentes fonctions du cerveau en cherchant comme les nommer par des signes inventés.

"Rêve : dans le sommeil, suite d'images et d'actions, fausses ou pas, qui nous procurent des émotions".

Ils sont déjà très conscients de la complexité de cet organe. Ils ont beaucoup de choses à raconter, et nous attendons mars avec impatience !

Compte tenu de la situation sanitaire, l’accueil des Ateliers Médicis est fermé.