Le décor prend vie !

#11 Du dessin aux décors

Publié par Isabelle Levadoux

Journal du projet

L’histoire de Renée est maintenant écrite, elle a pris le ton d’un conte dont la narration est portée par une voix off. L’univers plastique s’articule autour de la technique du papier découpé pour la construction des décors et du détournement d’objet pour les personnages. Ainsi Renée Le Née est une pomme de terre, son voile de mariée,un napperon en papier, ses lunettes et ses dents se dessinent en fil de fer. J’imagine les décors grâce à des petits dessins, le défi est maintenant de les rendre réels avec très peu de moyens : du recyclage et du papier coloré. Je l’ai précisé dans le tuto Le Théâtre d’objet et l’objet détourné le but est que les techniques développées soient abordables financièrement pour les enfants. Je tenais à construire tous mes décors avec peu, mais pour être plus parlant voici une correspondance du dessin aux décors en image !

Maintenant que les décors sont créés il faut les animer ! Les répétitions commencent, et les premières difficultés arrivent : ils faut que les 3 marionnettistes soient synchronisés parfaitement avec la voix off, que les mouvements soient justes, francs et expressifs. Mais comment rendre une patate émotive ? Les questions pullulent : Comment penser les raccords d’un décor à l’autre sans mouvement de caméra ? Notre budget et la taille du lieu de tournage ne nous permet pas d’imaginer des travellings sur rail. Le film sera donc seulement en plan fixe. Cette problématique technique accentue l’aspect théâtrale du décor de marionnettes, ce qui va à l’encontre de ce que je souhaite. Effectivement, je veux créer un court-métrage entre le film d’animation et le théâtre d’objet. Il s’agit bien d’un film et non d’une captation filmée d’un théâtre de marionnette. Il faut donc trouver d’autres outils pour ramener la cinématographie que l’on va perdre en ne faisant que du plan fixe. Enfin, autre question mais pas des moindres : comment faire cohabiter la voix off et le bruitage des personnages-objets sans transformer le film une véritable cacophonie ? Malgré les montagnes de question le tournage puis la post-production suivent leur cours. Cette dernière étape apporte fort heureusement son lot de réponses. Par exemple, le travelling numérique permet d’amener du mouvement de caméra même si la prise de vue n'est qu’en plan fixe. Pour animer les émotions de Renée la pomme de terre nous envisageons aujourd’hui d’ajouter de l’animation en dessin qui articulerait sa bouche en fil de fer. Cette animation dessinée superposée à l’image permettra aussi de créer des transitions entre les différents décors, aidant ainsi certains raccords trop figés. Et pour l’alternance entre le bruitage et la voix off la série Arte Tout est vrai ou presque devient une référence d’écriture primordiale dans mon dialogue avec Thomas, l’ingénieur du son. Le lien ci-dessous montre l’avancée de notre travail de post-production, il est mis à jour le plus régulièrement possible. Si vous êtes intéressé.e de le regarder, merci de contacter la production (louisorfeo.marin@gmail.com) qui vous donnera les codes pour accéder au film.

La chute de Brest

Le Vauquois quitte la rade de Brest et finit coupé en deux par une mine dérivante !

Maison de poupée en papier découpé

Laurence crame les carottes

Des soldats balayettes !

Antoine fut déporté en Pologne...

LA CUISSON TRANSGÉNÉRATIONNELLE DES PATATES EN BRETAGNE !!

Le film raconte les aventures de Renée Le Née, mon arrière grande mère "laide, prognathe... mais intelligente !"

Compte tenu de la situation sanitaire, l’accueil des Ateliers Médicis est fermé.