Alexandra Lucchesi- Frébault

Alexandra Lucchesi- Frébault

Récommandé par Maison Jacques Copeau

Amoureuse de la langue -celle à la foulée ample, la charnue, la lyrique, la gourmande-, j'ai toujours eu à cœur de promouvoir et de défendre la parole en lui donnant une place de choix au sein de mes travaux dramatiques. Elle est là, centrale, au milieu du plateau et c'est à partir d'elle que les corps se manifestent et se font porteurs de sens et de réalité.

Comme un artisan, je me suis plu à en forger une qui m'appartienne en propre et qui, quelque soit la forme qui la révèle, se manifeste conformément à cette identité exhumée au fil de l'expérience. Au détour des visages et de l'anecdote de théâtre, j'aime à parler du monde-comme-il-va, de son caractère grotesque, drôle, amer, sublime, dérisoire aussi. Pour faire face à la polyphonie du monde, j'ai choisi la tentative, l'audace de l'essai et des curiosités protéiformes ; aussi, et pour la scène depuis 2009, j'ai mis à jour une rêverie poétique sur Camille Claudel, un cabaret dans le New-York d'après-guerre, une forme initiatrice pour les tout-petits et un spectacle jeune public.

Et si depuis lors le goût de la fable et de l'abstraction ne m'a pas quitté, je ressens désormais la nécessité d'établir davantage de passerelles entre mes créations et nos préoccupations contemporaines. C'est dans cette dynamique qu'en 2016, j'écris et mets en scène un seul en scène déjanté et dédié à l'idée de Démocratie.

En 2017, j'aborde la question du genre au travers d'un fait divers, celui de Paul Grappe et de Louise Landy, et écris Desiderata, l'homme à la tête de chien (création 2018) ; c'est dans ce contexte de travail et au travers de l'écriture à venir du Roi Gros que transparaît le désir d'explorer les géométries hors-normes de ces corps malades d'abondance et de la désertion du vide.

Projets de Alexandra Lucchesi- Frébault

Journal du projet 26 juillet 2018 Projet Le Roi Gros De Alexandra Lucchesi- Frébault

Derniers jours / Restitution publique

Le mystère du Roi Gros

La dernière semaine de présence dans l’établissement a été intense :