Un objet, une machine, pour retrouver les objets que l'on a perdus

À l'école de Peyrole - Début de séance : un objet, une machine

Publié par Marco Marcombe

Journal du projet

Chaque début de séance commence de la même manière : à partir d'une phrase tirée au hasard, les enfants ont une dizaine de minutes pour dessiner sur un petit bout de papier. Il s'agit d'imaginer ou d'inventer, un objet ou une machine qui permettrait de répondre au problème posé ; par exemple "Imaginer un objet ou une machine pour retrouver les objets que l'on a perdus". Il n'y a aucune attente de réalisme ou de faisabilité, au contraire, l'idée c'est de se détacher de toute contrainte et de tout stéréotype afin d'être libre dans son idée de la réponse. 

La première séance, les enfants ont du mal à se lancer et les dessins se ressemblent, les imaginaires se chevauchent par peur de ne pas répondre à la consigne. Au bout de la quatrième, je sens qu'iels sont beaucoup plus à l'aise avec l'exercice, iels se concentrent sur leur dessin et sont très intrigué.es, lors de la restitution commune, par les idées des autres. 

Durant la restitution, je pose des questions, pointe là où je trouve l'idée interessante, et là où elle marche moins. Il n'y a aucune hiérarchie finale ni jugement de valeur concernant les propositions, c'est un exercice de mise en confiance.

 

 

Un objet, une machine, pour que ma maison qui se trouve au bord de l'eau ne soit pas inonder par la montée des eaux

Un objet, une machine, pour que ma maison qui se trouve au bord de l'eau ne soit pas inonder par la montée des eaux

Un.e premier.ère élève nous montre un énorme mur dressé devant la maison. Je lui fais remarquer que si j'ai choisi de mettre ma maison ici c'est pour voir la mer par la fenêtre. Les prochain.es qui ont fait un mur accorde leur discours, certain.es rajoutent un bouton HAUT/BAS pour descendre ou remonter le mur en fonction des marées, d'autres changent la matière de ce mur qui devient transparent. Un.e élève me propose une technique de filtration de l'eau en excédant pour qu'elle puisse ensuite être réutiliser dans la maison.

Un objet, une machine pour retrouver les objets que l'on a perdus

Un objet, une machine pour retrouver les objets que l'on a perdus

Des lunettes filtrantes ne montrant que ce qu'on a perdu, des détecteurs d'objets trouvées s'apparentant à un détecteur de métaux, ou encore un sanglier connaissant toutes les odeurs (j'en avais discuté avec son inventeur pendant l'exercice, ça devait être un chien mais je ne sais pas ce qu'il s'est passé, c'est devenu un sanglier). Un.e élève nous propose un petit objet à mettre dans la poche qui marche un peu comme une boussole. Je lui demande : "et si je perds cet objet ?". Un peu plus tard, une autre élève nous présente une pièce immense dans laquelle on rentre et on l'objet que l'on cherchait réapparait, je la questionne sur la taille de la pièce "Pourquoi c'est si grand, on y rentre à plusieurs", "Non, non, on y rentre seul" me répond-elle "Mais comme ça on ne risque pas de le perdre.

Un objet, une machine, pour accélérer le temps quand on s'ennuie

Un objet, une machine, pour accélérer le temps quand on s'ennuie

Beaucoup nous propose des montres ou horloges permettant d'accélérer le temps. Ce qui est interessant c'est de les questionner sur comment ça pourrait fonctionner : est ce que accélérer le temps pour mon, l'accélère pour les autres ? Est ce que je peux aussi déccélérer, repartir en arrière ? Nous arrivons à l'invention d'une machine à remonter le temps ou à aller dans le futur, on peut la programmer pour choisir exactement où l'on veut aller et combien de temps.

Compte tenu de la situation sanitaire, l’accueil des Ateliers Médicis est fermé.