Festival
Du 7 au 23 juin 2018 à 14h-18h, hors événements en soirée

Pendant trois semaines, le nouveau lieu situé en bordure de la promenade de la Dhuys, s’ouvre comme un grand atelier pour donner à voir la diversité et la richesse des projets menés par les Ateliers Médicis depuis deux ans.

Cette fête d’ouverture commence avec le spectacle Construire, mis en scène par Stéphane Schoukroun et écrit au fil du chantier des Ateliers Médicis avec des habitants.

Projection
Le cinéclub des Ateliers Médicis
Le 23 juin 2018

Participatif, inclusif, le projet s’adresse à tous ceux, individus ou associations, qui voudraient participer à l’organisation des projections en constituant un programme de plusieurs films, montrés tout au long de l’année aux Ateliers Médicis. Au cours du cycle de programmation, les participants iront découvrir à leur tour d’autres films dans des festivals partenaires.

Visite
avec les artistes et chercheurs associés aux Ateliers Médicis (Malte Martin, Mathieu Simonet, Joséphine Lebard, Bahar Makooi)

Le 23 septembre 2017 de 15h à 18h

Les habitants de Clichy-sous-Bois et de Montfermeil ont participé à une promenade étonnante au cours de laquelle ils ont raconté des souvenirs de leur ville avec des artistes et chercheurs associés aux Ateliers Médicis : Malte Martin, Mathieu Simonet, Joséphine Lebard, Bahar Makooi.

Rencontre
Le temps du chantier
Le 13 janvier de 12h à 16h

Durant le chantier de construction du premier lieu des Ateliers Médicis, alors que les derniers étages du bâtiment apparaissaient, une rencontre festive autour du chantier a été organisée le samedi 13 janvier après-midi ; avec les architectes Encore Heureux, les artisans et l’équipe des Ateliers Médicis pour la signature des charpentes en bois qui forment maintenant la toiture.

Atelier
Par la compagnie Retouramont
Tous les mercredis et samedis, du 4 au 21 juillet, à 10h30, 14h et 16h30
Le parcours est composé de trois ateliers, que les participants réalisent les yeux fermés qui mettent en jeu des sensations particulières : apesanteur, chute, vertige… Ces derniers seront amenés à décrire, entre chaque atelier, leur expérience de manière libre, par le dessin ou l’écriture.
Rencontre
Le 5 juillet, 18h-20h

Traduire le Grand Paris propose les premières images des projets des photographes de la deuxième année des Regards du Grand Paris :

Camille Ayme,
Hannah Darabi et Benoît Grimbert,
Sylvain Gouraud, Gilberto Güiza-Rojas,
Francis Morandini,
et Po Sim Sambath,

Mis en regard avec les textes de :
Sakina Bahri,
Raphaële Bertho
et Edouard Zambeaux

Rencontre
Conférence dessinée & séance de dédicace par Julien Revenu
Samedi 16 juin 2018 à 14h

En 2017, Julien Revenu, auteur de bande dessinée, est artiste et chercheur associé aux Ateliers Médicis. Pendant toute cette année, à chacun de ses séjours à Clichy-sous-Bois et Montfermeil, il dessine les personnes rencontrées, mais aussi les lieux, barres d'immeubles, jardins partagés, petits pavillons. Au cours de sa période de recherche, il fait état de ses découvertes, de ses doutes. Avec humour, il documente aussi ce que c'est d'être un artiste en résidence, aux prises avec un album à concevoir, et qui ne se laisse pas écrire si facilement...

Projection
Conte documentaire
Samedi 16 juin 2018 à 18h

Film-trace d’une après-midi de conte documentaire sur une place publique au fond des banlieues, en lisière des forêts, entre Clichy-sous-Bois et Montfermeil, à peu près au milieu du monde : ça aurait pu s’appeler "Sur le passage de quelques personnes à travers une assez courte unité de temps", si le titre n’était pas déjà pris. Assez courte unité qui embrasse ici une soixantaine d’années, ayant vu la naissance, le déclin, l’abandon, puis la démolition-reconstruction quasi complète d’un Grand Ensemble parmi les plus stigmatisés du pays.

Article

Performance
Lecture et performance culinaire
Mercredi 13 juin de 19h à 21h30

Drissa Diarra est un garçon noir. L’année de ses 11 ans, avec ses parents Lamine et Maryama, sa jumelle Ramata et son petit frère Seydouba, il emménage dans un pavillon en province. Alors Drissa rêve sa famille en blond de télévision : les deux voitures dans le garage, les repas du dimanche, et surtout le chien. Ce désir de chien devient son obsession.
Le bac, le permis à 18 ans et danser en boîte, toute la banalité de la jeunesse de France s’incarne dans le corps désiré du canidé.