LES PASSAGERS DU ROISSY EXPRESS – Alice Diop

← LES ARTISTES ET CHERCHEURS ASSOCIÉS

Alice Diop

Née en 1979 à Aulnay-sous-Bois de parents sénégalais, Alice Diop grandit jusqu’à l’âge de 10 ans à la Cité des 3000. Après un Master en Histoire et un DESS de sociologie visuelle, elle intègre l’atelier documentaire de la Femis. C’est à Clichy-sous-Bois et Aulnay-sous-Bois qu’à l’âge de 26 ans, elle tourne ses deux premiers films, les moyens métrages Clichy pour l’exemple et La Tour du monde, suivis, en 2007, par Les Sénégalaises et la sénégauloise. En 2011, elle réalise le moyen métrage La Mort de Danton Vers la tendresse, construit autour de monologues intérieurs de jeunes hommes des cités évoquant leur rapport à l’amour et à la tendresse (Prix du public et Prix du meilleur court métrage français au Festival international de Films de Femmes, Grand Prix France du Festival du moyen métrage de Brive), ainsi que La Permanence. Ce long métrage portant sur une permanence de soin pour migrants à l’hôpital Avicenne de Bobigny remporte le Prix de l’institut français Marcorelles au festival Cinéma du Réel, et vaut à Alice Diop le César du meilleur court-métrage 2017.

WEB_Alice_Diop

Le projet – Les Passagers du Roissy-Express

Alice Diop met à profit son temps de recherche aux Ateliers Médicis pour travailler à l’écriture de son prochain long métrage, inspiré de l’ouvrage Les Passagers du Roissy-Express publié en 1990 par l’écrivain, éditeur et traducteur François Maspero et la photographe Anaïk Frantz. Un journal de bord qui, de Roissy-Charles-de-Gaulle à Saint-Rémy-lès-Chevreuse, suit de gare en gare le tracé de la ligne B du RER. De ce périple de 38 stations et 50 kilomètres, allant de la plaine de France aux vallées du Hurepoix, Alice Diop trace le fil d’un nouveau récit pour aborder la question du regard sur la banlieue, le territoire et l’histoire de France. À la manière d’un road-movie, elle documente un espace qui lui est intime, en ponctuant son parcours et sa recherche de temps d’échanges et de réflexion avec des groupes d’habitants de Clichy-sous-Bois et de Montfermeil sur son travail de repérage autour de la ligne B. Parallèlement, Alice Diop conduit, assistée du dessinateur Benoît Peyrucq, un atelier d’éducation à l’image avec deux classes du collège Pablo Picasso de Montfermeil.

Période de résidence :
1er janvier – 31 décembre 2017