Elsa Vivant

Après des études en aménagement et environnement à l’Université Lille 1, Elsa Vivant s’est spécialisée en urbanisme à l’Institut français d’urbanisme. Elle y a soutenu sa thèse de doctorat en 2006 et suit un post-doctorat à la London School of Economics. Maître de conférences en sociologie et urbanisme à l’École d’urbanisme de Paris, elle enseigne également dans le master 2 Développement Culturel Territorial de l’Université de Paris-Est-Marne-la-Vallée. Ses recherches portent sur différents aspects de la ville créative : en quoi ce terme controversé permet-il de renouveler les questionnements sur les modes de production de la ville ? Ses travaux visent notamment à comprendre les mutations urbaines et sociales à travers l’analyse critique de l’instrumentalisation de la culture dans l’action urbaine. L’une des spécificités de sa posture de recherche réside dans l’intérêt qu’elle porte aux mondes de l’art et de la culture, et aux changements qu’ils connaissent actuellement. Outre de nombreux articles liés à ses recherches, Elsa Vivant a publié en 2016 avec Nadia Arab et Burcu Özdirlik l’ouvrage Expérimenter l’intervention artistique en urbanisme (Presses Universitaires de Rennes).

WEB_ELSA_VIVANT

Le projet

Elsa Vivant a engagé une recherche de terrain sur le travail des urbanistes, en s’appuyant sur un contexte territorial où interviennent et coopèrent une multiplicité de professionnels du domaine. En menant une enquête sur leur travail à Clichy-sous-Bois et Montfermeil, elle rend compte de la complexité du processus de production de la ville et de l’espace public, où s’articulent des problématiques portées par de nombreux acteurs aux intérêts souvent divergents. Elle montre également les enjeux politiques et les chaînes de médiation qui les font agir. Pour ce faire, Elsa Vivant aborde ce processus par les tâches en étudiant les activités concrètes et les dispositifs sociotechniques du travail des urbanistes.

En parallèle de ce travail d’investigation, elle poursuit une réflexion sur la mobilisation de formes de représentation artistique et/ou fictionnelle en urbanisme, notamment dans la production et la représentation des connaissances. À sa création fictionnelle s’articule ainsi une réflexion théorique sur les usages de la fiction en urbanisme et la place de l’urbanisme dans la fiction.

Période de recherche :
1er mars – 31 décembre 2017