Premiers ateliers : les images, la montre, et d'autres découvertes intéressantes

Premiers ateliers : les images, la montre, et d'autres découvertes intéressantes

Publié par Blanche Adilon-Lonardoni

Journal du projet

Bonjour ! Voici le journal de mes quatre premières journées à l'école Ivry Gitlis de Villiers-au-Bouin.

À propos de Villiers-au-Bouin : à l'entrée du village, il y a des moutons Suffolk à tête noire et blanche, une petite rivière qui s'appelle La Fare. Sur la place il y a une boulangerie, une poste, un salon de coiffure, et la mairie. L'école est dans la rue de la mairie. Le salon de coiffure est à côté de la poste, qui est en face de la mairie. La boulangerie est de l'autre côté de la place, à l'opposé de l'école, avec la mairie au milieu. Pour ceux qui se sentiraient perdus, pas d'inquiétude, des chiens qui aboient signalent la présence des promeneurs égarés.

Sur l'organisation : la classe des CM1-CM2 de l'école Ivry Gitlis compte 22 élèves. Pour les ateliers, nous l'avons divisée en deux groupes (de onze, par goût de la symétrie). Les enfants sont curieux. De ce que nous allons faire. « je ne suis jamais déçue, sauf si quelqu'un est mort, bien sûr. », me dit une élève avant le premier atelier. Les quatre premières journées de notre recherche ont été consacrées à la découverte du jeu, tout en rassemblant des matériaux autour des thématiques du projet Lucky Flash. Le masque rend les choses difficiles. On a détourné le problème en commençant par produire de la fiction avec des objets : des objets qu'on aime, des objets importants. Nous avons fait la connaissance de :

Verglas le diabolo,

Bâton le bâton,

Bernard l'améthyste,

Claudette-Adèle la gourde,

X9G59 la coupe,

Menace

et Terreur, les montres.

Puis nous leur avons inventé de nouvelles utilités. Les élèves tiennent un carnet de bord : leur premier devoir était d'emmener leur objet dans une activité qu'il n'avait jamais faite.

Dans un deuxième temps les élèves ont rapporté des photos, qui ont été le support de leurs premières improvisations en groupe. Tristan a découvert le trac. Leur second devoir était de légender des images :

 

 "Une dernière fête avant l'appockalipsse, avec des petits plésire."

"Une dernière fête avant l'appockalipsse, avec des petits plésire."

 "Lili sur les rails."

"Lili sur les rails."

 "L'arbre n'est pas content qu'il soit seul."

"L'arbre n'est pas content qu'il soit seul."

En parallèle, je commence la recherche dramaturgique sur Lucky Flash dans l'appartement attenant à l'école : je prends des notes, je lis. La fenêtre donne sur la cour. Je commence, sans y avoir fait attention, à calquer mes pauses sur les récréations. 

Compte tenu de la situation sanitaire, l’accueil des Ateliers Médicis est fermé.